3 jeux qui nous apprennent à nous aimer les uns les autres
Dossier

3 jeux qui nous apprennent
à nous aimer
les uns les autres

Crédit : Square Enix
Maxime L-G.
Maxime L-G.
Auteur Micromania-Zing

En étant un loisir interactif, le jeu vidéo engage notre compassion. De quoi nous ouvrir l’esprit sur l’histoire de personnes qui n’ont rien à voir avec nous, et nous inviter à aimer.

Hélas, ce n’est pas encore en 2021 que l’Humanité aura réussi à étouffer dans l’œuf la xénophobie. Cette haine irrationnelle est souvent basé sur un principe simple : la peur de l’inconnu. Auquel cas, interagir avec de nombreux profils de personnes, de nombreuses cultures et de nombreuses histoires personnelles, pousse forcément à ouvrir son esprit et à nous apprendre à nous aimer les uns les autres. En tant que loisir interactif, le jeu vidéo a une place de choix en cela : puisque le joueur est invité à se transposer dans l’univers et y avoir pleines possessions de ses actes, il est forcément amené à compatir et faire preuve d’ouverture d’esprit. Bref hommage à ces jeux qui nous ont aidé à mieux nous comprendre, et donc nous aimer.

Crédit : Microsoft

Hellblade Senua’s Sacrifice

Qu’on l’admette ou non, les troubles psychiques sont loin d’être rares et de nombreuses personnes souffrent de nombreuses afflictions à plus ou moins hauts niveaux. Réussir à en parler est souvent difficile, particulièrement dans un contexte où le commun des mortels pourrait manquer de sensibilité, de compassion, ou même ne pas savoir comment correctement réagir. En nous mettant dans la peau de Senua, les équipes de Ninja Theory ont fait le pari de nous faire vivre, manette en main, un traumatisme profond et un état d’esprit difficile où de nombreuses voix coexistent, pour le bien comme le mal. Voilà un choix artistique culotté qui nous aura permis de mieux comprendre jusqu’où pouvait aller ce genre d’afflictions.

Crédit : Square Enix

Life is Strange 2

La série Life is Strange a pris pour habitude de mettre en avant la diversité de notre monde. Dans Life is Strange 2, nous incarnons Sean Diaz, un jeune adolescent de 16 ans qui, avec son petit frère de 9 ans, se voit contraint à la suite d’un terrible événement de chercher à rejoindre Puerto Lobos, ville natale de leurs pères. Les deux enfants sont bien nés aux Etats Unis, à Seattle plus précisément. Et pourtant… Ils sont traités comme des étrangers tout le long de leur périple. L’ennemi principal de Life is Strange 2 n’est pas vraiment pointé du doigt, mais est présent insidieusement tout le long de l’aventure : il s’agit du racisme. En nous faisant vivre ces moments parfois extrêmement difficiles et ces conversations anxiogènes au possible, Dontnod a fait le choix de soulever ces questions et les poser aux joueurs. Les pousser à compatir, à comprendre le caractère systémique, voire endémique, du racisme dans la culture occidentale. Et par la même, de les faire réfléchir sur leurs propres comportements et comment ils peuvent faire pencher la balance du monde qui les entoure.

Crédit : Sony/Marvel

Spider-Man Miles Morales

Le premier Spider-Man a été reconnu comme l’une des meilleures adaptations de comics books en jeu vidéo de son ère. Sa suite, focalisée sur Miles Morales, y a ajouté quelque chose de magnifique : la représentation culturelle. De nombreux joueurs portoricains ont été touchés de voir le quartier de Spanish Harlem être représenté dans toute son effervescence, des fresques sur les murs aux sons de salsa dans les rues. Le contexte familial même de Miles Morales, qui vit avec sa mère veuve dans l’appartement de sa abuelita, sa grand-mère, est en soi une belle représentation de la diversité de situations familiales qui existent en notre monde. Et la langue espagnole, parlée à de multiples reprises au sein du jeu dans ses dialogues comme son ambiance sonore, n’est pas en reste. Voilà de nombreuses choses que l’on a rarement vu dans un jeu vidéo, qui plus est un jeu destiné au plus grand nombre comme l’est Miles Morales, et qui permet sans le dire de nous sensibiliser à toutes sortes de spécificités culturelles.

De nombreux autres exemples existent dans le jeu vidéo, de la série Dragon Age (et particulièrement avec Inquisition) aux héros d’Apex Legends en passant par The Last of Us. Ces inclusions çà et là ne changent rien au fait que le titre lui-même est excellent. Mais pour beaucoup, elles aident aussi nos cultures à s’entremêler et à s’enrichir les unes les autres pour que chacun puisse donner le meilleur de soi. Ces dernières années, le jeu vidéo a pris conscience de son rôle en la matière, et ses percées sont sublimes.