Le Black Stalker de Chernobylite est l’Épouvantail dans Batman Arkham
Dossier

Le Black Stalker
de Chernobylite
est l’Épouvantail
dans Batman Arkham

Crédit : The Farm 51
Valentine B.
Valentine B.
Autrice Micromania-Zing

Avec Chernobylite qui arrive en version boîte sur consoles, c’est l’occasion d’émettre une théorie sur un de ces antagonistes : le Black Stalker. Avec ce qu’il dégage, il fait beaucoup penser à l’Épouvantail dans les jeux Batman Arkham. Peuvent-ils être une seule et même personne ?

Qui sont-ils ?

Dans le FPS développé par le studio polonais The Farm 51, l’identité du Black Stalker est un mystère pour Igor, le personnage principal. On ne sait ni qui il est, ni d’où il sort. Il sert de protecteur de la centrale de Tchernobyl et de son matériau vert et étrange : la chernobylite. Cette dernière est utilisée pour créer des trous de vers spatio-temporels. Concernant Jonathan Crane aka l’Épouvantail dans les aventures de Batman Arkham développées par Rocksteady, il est le maître des illusions et des cauchemars. Ancien psychologue ayant sombré dans la folie, son but est de répandre la Toxine de la Peur sur le monde entier.

Cherno_asylum
Crédit : Rocksteady

Les événements de Chernobylite se déroulent en 2016, soit 30 ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. L’année des événements des différents Batman Arkham sont assez floues, mais les fans pensent qu’ils se déroulent dans les années 2000-2010 car on voit des PNJ utiliser des smartphones. Cela peut donc laisser penser qu’avant de devenir l’Épouvantail, le Dr. Crane a travaillé à la centrale de Tchernobyl pour la protéger des Stalkers (en français dans le texte, ça donne “traqueur”) un peu trop curieux et voulant s’accaparer de la chernobylite. Voulant se débarrasser de ce passé complexe, il abandonne son pseudo de Black Stalker pour changer d’identité à Gotham City et reprendre sa vie en main.

Qui se ressemble se rassemble

Un point qui fait tilt quand on y pense, c’est qu’ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Tout d’abord, ils arborent le même masque à gaz sur la tête, accompagné d’une capuche. Cette dernière dissimule leur trait pour ne pas dévoiler leur identité. Bon c’est surtout le cas pour Black Stalker, celle de l’Épouvantail étant déjà connue. Ou alors pour cacher des cicatrices du passé, notamment l’explosion de la centrale de 1986. Le look de l’Épouvantail s’améliore avec un sac en toile sur le visage, qui ne fait qu’un avec le masque à gaz. Dans Batman Arkham Knight, il tombe le masque mais est plus sinistre encore à cause d’une blessure au visage faite par le dangereux Killer Croc. Bon concernant le look du Black Stalker, il est vrai que tout le monde porte un masque à gaz à Pripyat, radioactivité oblige.

Cherno_knight
Crédit : Rocksteady

Unlimited power

Bon, avec ce point-là, si vous n’êtes pas convaincus, on ne comprend plus ! D’abord pour Black Stalker : il utilise les failles spatio-temporelles pour se déplacer plus rapidement et tendre des pièges à ses ennemis. il sort un peu de nulle part, de la même façon que l’Épouvantail. Ce dernier doit utiliser le même mécanisme pour débarquer et piéger notre cher Batman. Peut-être que son passé à Tchernobyl l’a convaincu de recycler la chernobylite. Peut-être que la Toxine de la Peur en contient, on ne connaît pas la recette de ce poison. La pierre incandescente qu’on retrouve un peu partout dans la centrale ukrainienne a des pouvoirs très néfastes pour l’humain. À haute exposition, elle engendre hystérie et psychose, un peu comme la Toxine de l’antagoniste de Gotham, qui rend les gens fous en les faisant vivre leurs pires cauchemars.

Cherno_faille
Crédit : The Farm 51

Sans oublier les failles spatio-temporelles qui ressemblent comme deux gouttes d’eau au cauchemar de l’Épouvantail de Batman Arkham Asylum. Les trous de vers emmènent vers un endroit où règne le néant et où le décor part dans tous les sens. De la même manière que les phases cauchemardesques dans lesquelles Batman affronte son ennemi. Peut-être que le Black Stalker est une inspiration de l’Épouvantail ou… bien plus. À méditer.

Chernobylite sur PS5 dans la boutique Micromania