Avec F1 2021, on fait bien plus que rouler
Dossier

Avec F1 2021,
on fait bien plus que rouler

Crédit : EA Sports
Selim K.
Selim K.
Auteur Micromania-Zing

Cette année encore, Codemasters nous régale avec son itération annuelle de Formule 1. Mais plus le temps passe et plus le studio britannique affine sa formule, ce nouvel épisode en atteste, repoussant davantage les traditionnelles moutures ne nous proposant que de simples tours de circuit. Avec F1 2021, on vit pleinement l’expérience F1. Du bureau des ingénieurs jusqu’à l’asphalte.

Lorsque l’on pense jeu de F1 - voire jeu de course tout court - les seules choses qui nous viennent à l’esprit sont les dépassements, les pannes mécaniques et les incroyables bolides que l’on ne peut conduire que virtuellement. Pourtant, quelques studios s’efforcent à prouver que le jeu de course à la possibilité de nous offrir une expérience bien plus complète, plus immersive. La série Need for Speed l’a déjà prouvé avec ses scénarios dignes de Fast and Furious (donc… pas très bons, disons-le), mais là où Codemasters (le studio derrière F1 2021) est très fort, c’est qu’il nous sert sur un plateau la forme la plus évoluée du jeu de F1 à ce jour. Ce nouvel épisode ne nous permet plus seulement de prendre part au championnat du monde de Formule 1, mais bel et bien de le vivre et de le découvrir dans tout ce qu’il englobe.

Drive to Survive

Si vous suivez le monde de la Formule 1 de près ou de loin (peut-être même pas du tout), vous avez forcément entendu parler de la géniallissime production de Netflix intitulée Drive to Survive. Cette dernière a dévoilé au monde entier tout ce qui compose le monde de la Formule 1, posant ses caméras et ses micros dans les coulisses d’endroits d’habitude réservés au gratin du milieu. Cette série documentaire a réussi quasiment à elle seule à réunir une large foule de nouveaux fans, et à reconquérir d’anciens adeptes ayant perdu le goût du Grand-Prix du dimanche matin. Tout cela en s’écartant un peu de tout ce que les chaînes télévisées ont à nous montrer. C'est-à-dire des tours de circuit à répétition. Drive to Survive se veut plus intimiste, rend l’expérience F1 plus humaine, nous plongeant au centre d’enjeux d’envergures, avec tout ce que cela comporte d’humain : des clashs, des larmes de déception, des larmes de joies, bref... de l’émotion.

f12021-file
Crédit : EA Sports

Le génie de Codemasters est de surfer, volontairement ou pas, sur la vague de hype incroyable entraînée par la série. Comment ? En nous proposant une expérience qui ne finit plus de tirer sur la scénarisation de son univers. Pôle position ou non, première ou vingtième place : ceci ne résume plus notre expérience manette en main, mais ne reste que le résultat de milles et une variantes désormais contrôlées par le joueur. Afin de continuer cette mue qui nous laisse entrevoir les plus belles de ses nouvelles écailles, Codemasters met le paquet dans la diversité des expériences de jeu proposées. En poussant la pédale à fond quand il s’agit de ses modes de jeu.

Le virage Braking Point

L'un des plus gros changements de F1 2021 est l'introduction d'un nouveau mode histoire, appelé "Braking Point". Celui-ci s'étend sur trois saisons et vous permet d'incarner Aiden Jackson, une étoile montante de la F2 qui est sur le point de devenir pilote de F1. Après avoir remporté le titre de F2 à Abu Dhabi, vous avez le choix entre cinq écuries pour débuter votre carrière en F1 en 2020, aux côtés de votre coéquipier Casper Akkermann, qui fait également partie intégrante de l'histoire. Les premiers chapitres de Braking Point suivent fidèlement la grille de 2020, avec des nouvelles apparaissant tout au long de l'année et révélant des changements tels que le départ de Sebastian Vettel de Ferrari et le changement de marque de Racing Point en Aston Martin, tout cela se déroulant pendant que vous passez en 2021.

Tout en vivant différents scénarios sur la piste, vous devez vous frayer un chemin dans une histoire qui a un petit goût de Drive to Survive, avec des tensions entre Jackson et Akkermann, et le retour de Devon Butler, le méchant de F1 2019. S’il vous faudra environ 6 heures de jeu pour venir à bout de cette nouvelle expérience - ce qui semble court tant le mode a l’air appétissant - Braking Point se pose comme un passage obligatoire au moment de se lancer sur ce nouvel épisode.

f12021-monoplace
Crédit : EA Sports

La bonne nouvelle étant que Braking Point ne sera pas la seule réjouissance au rayon nouveauté. Le mode MyTeam fait également son retour, avec son lot d’ajouts intéressants. Il vous permet de vivre plusieurs saisons aussi bien en tant que propriétaire que pilote d’une écurie. Tout comme dans F1 2020. Ainsi, vous ne faites pas que courir, vous gérez également les rouages de l'organisation. Du choix des pilotes à la gestion du département Recherche & Développement en passant par les traditionnelles conférences de presse : le mode MyTeam se pose comme un exceptionnel complément à Braking Point, diversifiant l’expérience de jeu tout en étant le garant d’une durée de vie globale à la hausse.

Si le travail de Codemasters nous charme autant, c’est par la complémentarité de tous ces modes de jeu. Rien n’est laissé de côté, et le joueur n’a jamais été aussi proche d’une immersion complète dans la vie d’une écurie. Tout cela en restant accessible aux nouveaux curieux, et en donnant de la matière aux fans les plus exigeants. Toutes ses notes subtiles font peut-être de 2021 le meilleur crû en termes de jeu de F1. Il ne nous reste plus qu’à attendre le 16 juillet pour nous plonger dans l’ivresse de son incroyable univers. Et, cette fois, sans modération.

F1 2021 dans la boutique Micromania