C’est quoi un bon gameplay ?
Dossier

C’est quoi
un bon gameplay ?

Crédit : Sony Interactive Entertainment
Nico Prat
Nico Prat
Expert Micromania-Zing

Il peut sublimer un jeu comme le ruiner, il est à la fois le cœur de la création, et l’un de ses aspects les plus abstraits. Comment se décide un gameplay ? Quelles sont les questions à se poser en tant que développeur pour bien penser son jeu ? Mais d’ailleurs, c’est quoi le gameplay ?

Commençons par répondre à cette dernière question : le gameplay est un terme utilisé pour définir la façon dont les joueurs interagissent avec le jeu. Il se caractérise en outre par la façon dont le jeu est joué, y compris les règles, l'intrigue, les objectifs et la façon de les atteindre, ainsi que l'expérience globale d'un joueur. Le gameplay comprend le type de jeu - comme les jeux de tir à la première personne, les jeux de plateforme et les jeux de rôle - et la manière dont le jeu suit ou s'écarte des formules de jeu définies dans chaque genre. Les fonctionnalités peuvent inclure des choses que le joueur peut faire avec le personnage, comme tirer, sauter, nager, fabriquer des objets, utiliser la magie et même comment le jeu gère la mort du joueur.

gameplay-angrybirds
Crédit : Rovio Mobile

Vous l’aurez compris, le gameplay est en fait la façon dont nous, joueurs et joueuses, prenons en main l’univers qui nous est proposé. En somme, tout ce qui concerne nos actions (sont donc exclus, le design, la musique, etc…). Le cœur du jeu donc. Un excellent gameplay, même sans aucune histoire derrière, peut garantir un succès. Exemple : Angry Birds. Simple, basique. Mais dès lors, comment se décide un gameplay ? Pourquoi chez l’un, courir nécessitera d’appuyer en continu sur la touche X, tandis que chez l’autre, il faudra tapoter régulièrement sur R ?

Les trois règles fondamentales

Règle numéro 1, et celle-ci ne sera pas une surprise : une excellente expérience utilisateur (UX) est extrêmement importante pour un gameplay agréable. Le meilleur pari est donc de garder les choses simples, intuitives et cohérentes. Logiques aussi : une même touche ne peut, idéalement, servir à plus de deux actions différentes. De même, une seule touche ne doit pas, manipulée différemment, enclencher deux actions opposées (comme se cacher et sauter), au risque d'embrouiller le joueur et de gâcher son expérience. De plus, les commandes déterminent la progression des joueurs tout au long de leur partie. Si vous voulez qu’ils restent, et qu’ils jouent, faites simple, intuitif.

Règle numéro 2 : l'équilibre. L'équilibre du gameplay est l'un des plus grands défis pour tout concepteur de jeux vidéo, et pour cause : un déséquilibre dans un jeu peut être l'effet exact que vous souhaitez dans un autre projet, selon le type de jeu que vous créez. Exemple : dans Death Stranding, les longues et laborieuses marches sont au cœur de l’histoire. Imaginez les mêmes distances et les mêmes difficultés, au choix, dans un jeu Mario ! La meilleure façon de tester l'équilibre de votre jeu est peut-être de laisser d'autres personnes y jouer.

Règle numéro 3 : le choix. La prévisibilité est un fléau. Utilisez le hasard et les interactions uniques pour empêcher les jeux d'avoir un seul chemin vers la victoire. Vous ne voulez pas que votre jeu soit prévisible. Le joueur doit avoir le choix, ici de courir, là de se battre. Les joueurs ont besoin de sentir qu'ils peuvent s'améliorer, affinant leur style de jeu au fil du temps. Un bon gameplay est un gameplay choisi, non par le créateur, mais par le joueur.

nico-prat