Présent et futur : les jeux musicaux changent de forme
Dossier

Présent et futur :
les jeux musicaux
changent de forme

Crédit : Activision Blizzard
François B.
François B.
Auteur Micromania-Zing

Guitar Hero, Rock Band, DJ Hero… Véritable phénomène des années 2000, ces jeux de simulation musicale n’ont plus aujourd’hui place dans les salons. Mais les jeux musicaux, à défaut de meilleure appellation, prennent une autre forme, et demain, pourraient bien retrouver un peu de leur aura populaire.

Les critiques étaient dithyrambiques. “Phénomène culturel”, “l’un des produits culturels les plus influents du XXIème siècle” selon The Guardian, CNN ou encore Wired, et les chiffres de l’époque (une franchise à plus de deux milliards de dollars de recettes pour 25 millions d’unités vendues) impressionnent encore. Mais Guitar Hero, aujourd’hui, n’est plus. Mais… Encore faut-il savoir où regarder. Le jeu vidéo musical vit toujours au Japon, et au sein de la création indépendante. Un exemple : Old School Musical. Plus qu’un jeu, un véritable show bourré de référence, mariant l’hommage à Mortal Kombat dans lequel les personnages se tapent dessus en rythme ou à Zelda, quand l’épée est commandée par vos talents rythmiques. Un projet de fan, une création fauchée. Sans oublier No Straight Roads, également appelé NSR, jeu vidéo d'action-aventure musical édité par Sold Out et développé par Metronomik. Bref, le genre, si tant est qu’il est possible de rassembler ses créations sous une même étiquette, se porte bien aujourd’hui.

Le future

Et demain ? Demain, le rapport de force pourrait bien s’inverser. Alors qu’hier, Rock Band misait sur le nom des Beatles ou de Nirvana et sur un catalogue d’artistes pour attirer le fan, demain, ce sont les artistes eux-mêmes qui pourraient bien faire des pieds et des mains pour être dans les petits papiers des éditeurs. C’est un fait, un nombre croissant de musiciens s'appuient désormais sur des plateformes telles que Facebook, Instagram, TikTok et Twitch pour atteindre leur communauté ou gagner un nouveau public, mais les jeux vidéo et les mondes virtuels pourraient fournir une aide bienvenue en ces temps de Covid, de salles fermées et de tournées perturbées. Les récentes performances de Travis Scott dans Fortnite ont établi une nouvelle norme pour les concerts virtuels, hier curiosité, elles sont désormais en passe de devenir une norme.

musique-1
Crédit : Epic Games

D’autres souhaitent aller plus loin. Wave est le nom de la première plate-forme de divertissement virtuel multicanal au monde pour les musiciens. Leurs concerts sont en direct et interactifs. Les mouvements du corps et du visage des artistes sont enregistrés à l'aide de la technologie de capture de mouvement pendant qu'ils se produisent dans la vraie vie. Ainsi, par la suite, les avatars peuvent de manière presque réaliste, devenir démon cracheur de feu (T Pain) ou se promener dans une ville cyberpunk (Lyndsey Stirling). Certes, d’aucun parleront davantage de concert que de jeu. Pourtant, le futur, selon Adam Arrigo, fondateur de Wave, est bel et bien là, et difficile de lui donner tort : “regardez à quel point le média interactif est devenu social - le fait que les gens traitent des jeux comme Minecraft, Fortnite et même League of Legends comme des espaces sociaux. Ils jouent à des jeux, mais ils discutent avec leurs amis et ils traînent. C'est là que la culture se passe maintenant”.

nico-prat