Pourquoi Batman ne tue pas le Joker ?
Dossier

Pourquoi
Batman
ne tue pas
le Joker ?

Crédit : Warner Bros Interactive Entertainment
Yohan H.
Yohan H.
Auteur Micromania-Zing

Bruce Wayne n’a jamais cĂ©dĂ©, ou presque, Ă  la tentation ultime de zigouiller son ennemi jurĂ©. Pourquoi ? RĂ©ponse(s) Ă  travers une sĂ©lection de six Ɠuvres emblĂ©matiques qui ont façonnĂ© l’histoire du Chevalier Noir.


  1. La censure

  2. Batman Detective (1940)


    InspirĂ© de l’Homme qui rit de Victor Hugo et de Conrad Veidt (un acteur allemand flippant), le personnage du Joker fait son apparition dĂšs le premier numĂ©ro de Batman Detective. Dans ce premier pan de la saga (Golden, Silver et Bronze Age), le Joker apparaĂźt plus d’une quarantaine de fois, avec dĂ©jĂ  cette particularitĂ© d’ĂȘtre increvable. Dans « The Joker Walks The Last Mile » (« DerniĂšre ligne droite pour le Joker »,1942) il finit sur la chaise Ă©lectrique. Par chance, il est ramenĂ© Ă  la vie grĂące Ă  un mystĂ©rieux sĂ©rum concoctĂ© par ses sbires. Beaucoup plus tard dans « Sign of the Joker » (« Un signe du Joker », 1976) il tombe dans une mer dĂ©chaĂźnĂ©e puis revient dans le numĂ©ro d’aprĂšs, frais comme un gardon.
    D’oĂč lui vient cette longĂ©vitĂ© ? D’un coup de pression de certains comitĂ©s parentaux dans les annĂ©es 1940, qui jugeaient Batman trop violent. Celui-ci s’est donc adoucit sous la censure et le Joker, censĂ© ĂȘtre un personnage provisoire, signe un CDI.
    Une rĂ©currence peu justifiĂ©e qui convenait cependant parfaitement aux lecteurs de l’époque, prĂ©fĂ©rant la fantaisie au rĂ©alisme. Le Joker de Batman Detective endosse le rĂŽle de « l’ennemi jurĂ© », une entitĂ© invincible et cyclique dont l’invulnĂ©rabilitĂ© relĂšve du cartoon.
    Ce n’est pas un cas isolĂ©, comme on peut le voir dans d’autres comics. Les super-hĂ©ros ne tuent pas les mĂ©chants, c’est une norme (Ă  l’époque). Et le Joker n’y Ă©chappe pas. Quand il ne parvient pas Ă  s’enfuir, il est directement remis aux autoritĂ©s. Batman, le hĂ©ros, remet le mĂ©chant Ă  la justice. Une vision dualiste et simple, oĂč le Joker revient sans cesse.


  3. Le suicide

  4. Batman : Dark Knight Returns (1986)


    Dans les années 1980, DC Comics connait une révolution. En engageant des auteurs tels que Frank Miller et Alan Moore, Batman devient plus sombre et plus violent.
    Chez Miller, c’est un Batman violent et alcoolique qui reprend du service, accompagnĂ© de Robin. Le duo parvient Ă  retrouver le Joker, ou presque. Batman le dĂ©fonce mais s’arrĂȘte Ă  temps. Ou pas, puisque c’est le Joker lui-mĂȘme qui s’achĂšve en se brisant la nuque afin d’inculper l’homme chauve-souris. Un combat indirectement fatal car pour Batman, tuer un criminel reviendrait Ă  en devenir un. Si le Joker cherche Ă  tuer Batman, c’est surtout pour le provoquer : il prĂ©fĂšrerait avant tout mourir dans les mains du justicier. Ce serait la victoire ultime. Or dans Dark Knight Returns, le Joker Ă  moitiĂ© mort constate que le Chevalier Noir rĂ©siste Ă  l’idĂ©e de l’achever. Il voit alors dans son suicide une derniĂšre chance de lui faire porter le chapeau.
    On comprend que la seule chose qui anime le Joker c’est de voir le hĂ©ros de Gotham succomber Ă  ses pulsions. Batman, justicier droit et sans failles, doit rĂ©sister constamment Ă  une pulsion incarnĂ©e, une pulsion de mort. Le combat de la raison contre la folie, pourrait-on dire, entre le blanc et le noir. Code couleur symbolique inversĂ© dans Batman, pour peut-ĂȘtre mieux suggĂ©rer l’ambivalence entre les deux personnages.


  5. La compassion

  6. Batman : The Killing Joke (1988)


    Alan Moore revisite les origines du Joker et signe un chef d’Ɠuvre de la bande-dessinĂ©e. L’histoire principale est axĂ©e sur une Ă©niĂšme course-poursuite entre Batman et le Joker, entrecoupĂ©e de flash-backs oĂč l’on dĂ©couvre la naissance de celui-ci.
    À l’origine, le Joker est un humoriste ratĂ© qui s’engage dans le braquage d’une usine de produits chimiques pour subvenir aux besoins de sa famille. Sa femme enceinte meurt juste avant son casse, Ă©lectrocutĂ©e par un chauffe-biberon. Il se rĂ©tracte, mais ses complices peu empathiques l’obligent Ă  participer. ForcĂ©ment, ça dĂ©rape : tout le monde se fait flinguer et en voyant Batman, il tente de s’échapper en sautant dans une mare de produits chimiques. C’est ainsi que le Joker serait nĂ©.
    Ce passĂ© compliquĂ© lui confĂšre une certaine profondeur. On le disait, Batman ne veut pas tuer au risque de devenir lui-mĂȘme un monstre, mais cette histoire amĂšne Ă©galement un peu de compassion. Ceci dit, The Killing Joke montre un Joker sadique, odieux et sans retenue. AprĂšs avoir tirĂ© sur la fille de Gordon, il prend des photos d’elle agonisant pour les diffuser au commissaire pendant sa sĂ©questration. Batman pourrait le disperser façon puzzle pour moins que ça, mais non. La monstruositĂ© de ses actes a un lien avec son passĂ©, et Batman ne peut l’ignorer.

    Crédit : Warner Bros. / Youtube

  7. Par principe

  8. The Dark Knight (2008)


    Christopher Nolan met en scĂšne une relecture de Batman dans un contexte social trĂšs rĂ©aliste, avec un Joker entrĂ© dans l’histoire. Sans entrer dans ce fameux dĂ©bat pour dĂ©partager les versions de Nolan et Burton, on peut au moins affirmer ceci : l’adaptation du Joker par Nolan est la plus saisissante d’un point de vue philosophique.
    Il s’agit d’un personnage redoutablement intelligent, d’un nihilisme macabre. Comme le prĂ©cise Michael Caine : « Some men just want to watch the world burn » (« Certains hommes veulent simplement voir le monde brĂ»ler. ») Le Joker se fait l’ambassadeur du chaos, toutefois Batman se retient de l’éliminer. Par exemple, quand celui-ci rĂ©pĂšte d’un ton diabolique « frappe-moi, frappe-moi » alors que le Chevalier Noir fonce droit sur lui. Il doit rĂ©sister Ă  cette envie de tuer l’infĂąme, mais aussi se faire le hĂ©raut de valeurs humanistes.
    Un ensemble de principes Ă©branlĂ© Ă  la fin du film, quand le Joker orchestre la mise Ă  mort de centaines de personnes, toutes piĂ©gĂ©es sur deux bateaux. Chaque Ă©quipage possĂšde une manette capable de dĂ©clencher la destruction de l’autre. En faisant ça, le Joker parie sur l’instinct de survie Ă©goĂŻste des occupants.
    Erreur, puisque personne n’appuie sur l’un des dĂ©tonateurs. Le Joker s’est trompĂ©, les habitants de Gotham (et les hommes en gĂ©nĂ©ral) sont bons. Ce qui a le don de l’irriter, puisqu’il tente de dĂ©zinguer tout le monde par ses propres moyens. Avant d’ĂȘtre stoppĂ© par Batman.
    Celui-ci lui sauve la vie en le retenant avec son grappin. Au final, le Joker finit par admettre que le justicier est bel et bien incorruptible, lui reprochant une forme de droiture dĂ©suĂšte. NĂ©anmoins, le Joker n’a pas totalement perdu : comme il l’explique, il a rĂ©ussi Ă  faire basculer Harvey Dent, le « Chevalier Blanc ». Le Joker voit la folie comme un dĂ©tonnateur prĂ©sent en chaque individu, sur lequel il suffit juste d’appuyer pour le faire basculer du cĂŽtĂ© obscur. Enfin, il glisse Ă©galement un : « Je pense que nous sommes destinĂ©s Ă  faire ça pour toujours ». Clin d’Ɠil Ă  une longue histoire commune, Ă©voquĂ©e plus haut.

    Crédit : Eidos Interactive

  9. Pour protéger Gotham

  10. Arkham Asylum (2009)


    Un jeu brillant, devenu culte depuis, oĂč Batman se retrouve coincĂ© dans l’asile d’Arkham. Et symboliquement dans la tĂȘte du Joker. PlongĂ© dans les dĂ©dales d’une obscuritĂ© verdĂątre, Batman doit agir seul : toute aide extĂ©rieure entraĂźnera une destruction de Gotham (il ne peut compter que sur Oracle et Gordon Ă  distance).
    C’est avant tout une lutte pour Gotham qui se joue. Bien avant ses prĂ©occupations personnelles, Batman est le gardien de Gotham. Et cette posture se trouve menacĂ©e par un Joker expansif, transformĂ© en mutant Ă  la fin du jeu avant d’ĂȘtre neutralisĂ© par Batman, qui lui assĂšne un bourre-pif enduit de gel explosif. Pas le temps de se reposer, Double-Face se fait la malle aprĂšs avoir braquĂ© la Second National Bank : Batman se lance Ă  sa poursuite. Gotham avant tout.


  11. L’exception

  12. Batman (1989) par Tim Burton


    Vestige de l’ñge d’or Burtonien, soit une version plus noire, avec Nicholson en Joker bariolĂ©, fun et creepy. Le duel final a lieu dans une cathĂ©drale, oĂč le Joker tente de s’échapper en hĂ©licoptĂšre. Batman, avec son habiletĂ© lĂ©gendaire, lui bloque la jambe. Suspendu Ă  une Ă©chelle avec une gargouille de trois tonnes au pied, le bougre ne fait pas long feu et tombe.
    On le voit Ă©crasĂ© sur le parvis, tandis qu’un rire mĂ©canique s’échappe de son costume. Un rire artificiel, objet d’une panoplie. Mais derriĂšre elle il y a un homme
 Enfin il y avait, et ça Batman l’a compris. Pour autant, il choisit de le tuer : on peut y voir un choix scĂ©naristique influencĂ© par les Ɠuvres de Miller et Moore, en plus d’un traitement burtonien. Au final : une adaptation trĂšs sombre mais aussi une exception qui confirme la rĂšgle.


Occasion
Batman, Arkham City
Item No. 45012 45012 PRODUITS RECYCLES 5051889073253
4.5 5 14
5 Jeux pour 15€
9,99€
In stock used Micromania
Figurine Funko Pop! N°141 - Batman - Pride 2020 Batman Arc-en-ciel
Item No. 104274 104274 STE GameStop Europe Service compte maitre 0889698498449
14,99€
In stock new Micromania
Occasion
Batman : Arkham Knight
Item No. 55948 55948 PRODUITS RECYCLES 5051889486268
14,99€
In stock used Micromania
Nouveauté
Masque - Dc Comics - Batman Logo - Lot De 2
Item No. 106932 106932 WTT 5050293855547
9,99€
In stock new Micromania
Nouveauté
Masque - Dc Comics - Joker - Lot De 2
Item No. 106935 106935 WTT 5050293855554
9,99€
In stock new Micromania
Figurine Funko Pop! - Batman 80th - Red Rain Batman (1991)
Item No. 95863 95863 STE GameStop Europe Service compte maitre 0889698372534
14,99€
In stock new Micromania
Statuette Jim Lee - DC Comics - Harley Quinn
Item No. 104660 104660 STE GameStop Europe Service compte maitre 0680168887158
39,99€
In stock new Micromania
Nouveauté
Masque - Dc Comics - Batman Camo Yellow - Lot De 2
Item No. 106931 106931 WTT 5050293855783
9,99€
In stock new Micromania
Porte-clés - Batman - 3D Premium Batmobile
Item No. 80988 80988 ABYSSE CORP 3700789252160
14,99€
In stock new Micromania
Statuette Jim Lee - DC Comics - Batman avec grappin
Item No. 104661 104661 STE GameStop Europe Service compte maitre 0680168887165
39,99€
In stock new Micromania
Statuette Jim Lee - Dc Comics - Batgirl
Item No. 104664 104664 STE GameStop Europe Service compte maitre 0680168887172
39,99€
In stock new Micromania