Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

WWE'13

WWE'13

Après le lifting de l’an passé, la franchise WWE signe pour une nouvelle saison toujours aussi riche en contenu. Même s’il n’est pas parfait, le jeu de THQ comble les fans de catch.
Le studio Yuke’s Media Creation offre un épisode de WWE dans la lignée de l’édition 2012. Le fan retrouve un jeu très semblable dans la forme, avec son menu touffu regorgeant de modes de jeu et d’options. En plongeant dans les réglages de partie, une bonne surprise nous saute aux yeux : "Mais qu’est-ce qu’il y a comme Superstars !" Entre les catcheurs actuels, les "anciens" des années 90 (dont The Rock, présent sur les deux tableaux), la place réservée au contenu additionnel, aux Divas mais aussi aux Superstars que vous ne manquerez pas de créer, vous voici devant le plus grand choix jamais offert par la série. Allez, direction le ring pour se mettre quelques mandales !

Undertaker, qu’as-tu fait à tes cheveux ?!
WWE’13 réserve des moments de grands spectacles. Reprenant les bases graphiques et les animations du précédent opus, le jeu ajoute quelques actions à fort potentiel jubilatoire. Déclencher des attaques spéciales bien humiliantes ou placer un tomber avec Rey Mysterio depuis le haut des cordes font naitre des sourires vicieux. Des grands moments qui nous obligent à nous exclamer : "Qu’est-ce que j’t’ai mis !" En dépit de ces éléments jouissifs, WWE’13 sait ôter tout plaisir en conservant sans vergogne les défauts de son prédécesseur. Là où l’on nous promet un moteur peaufiné, la réalité oblige à constater la tromperie, en dehors de quelques catcheurs à l’agilité déconcertante. Nos Superstars restent rigides à manier et, encore une fois, le joueur est spectateur de la déculottée qu’il reçoit tant qu’il n’arrive pas à placer un contre dans la fraction de seconde autorisée. Cette logique attaque/défense a quelque chose de mécanique tout juste rompu par la possibilité de placer une "vengeance" quand le jeu l’autorise. De quoi retourner totalement un match. A trop vouloir singer l’orientation spectacle grand public du catch, les développeurs en oublient que le joueur veut faire la décision manette en main. Comme l’an dernier, également, la modélisation des sportifs alterne entre le bon et le carrément bizarre. Si on reconnait bien l’Undertaker qui, comme en vrai, a eu l’étrange idée de passer sous la tondeuse (ndr : des problèmes de calvitie à force, non ?), d’autres ressemblances s’avèrent plus… hasardeuses.

Show tout azimut !

Au niveau du contenu, le fan se retrouve en territoire connu. De nombreuses options de création permettent de concevoir une Superstar d’A à Z avec ses techniques, sa scène d’entrée et ses caractéristiques. Il reste encore une fois dommage que le joueur puisse mettre à fond ses statistiques, créant sans avoir à faire d’effort un véritable mutant des rings. Autre retour : celui du mode WWE Universe qui vous laisse participer à tous les matchs du calendrier. Une formule soutenue par l’apparition d’événements dynamiques au fil de la saison et tenant compte des résultats des combats. Cette édition 2013 est aussi signe d’un changement. Le mode Road to Wrestlemania cède sa place à Attitude Era. Il s’agit d’une campagne faisant revivre les grands moments des années 90 à travers l’opposition entre deux fédérations : la WWE et la WCW. Comme dans Road to Wrestlemania, les combats nécessitent de remplir certaines conditions pour être remportés afin de coller aux événements de l’époque. Quelque part, ce manque de liberté reste regrettable. Plus que jamais, WWE est une licence qui assure un fan service de qualité. Elle est pensée pour les aficionados du catch, regorgeant de clins d’œil qui leur sont destinés. Mais pour le coup, elle se ferme aussi aux autres joueurs.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 16 ans.
- Aux nostalgiques des années 90.
- Aux fans de ce grand show à l’américaine qu’est le catch.
- A ceux qui veulent humilier leurs amis.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- WWE’12