Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Worms World Party

Worms World Party

Les vers les plus retors et va-t-en-guerre de notre galaxie livrent un ultime baroud d'honneur sur Dreamcast. On-line s'il vous-plait. Vous, j'sais pas, moi ça m'plait déjà.
Grenade sainte, mouton, banane, taupe ou vieille dame explosive, Dragon Ball, pigeon voyageur, vase Ming autant d'héroïques façons de crever les tripes aux 4 vents qui resteront à jamais gravées dans les annales du fou-rire collectif. Car à n'en plus douter, Worms a accédé au rang de petit jeu culte interplanétaire et trans-support. Et comme toujours l'ennui des jeux culte, ce sont leurs suites. Pour le joueur comme le développeur : l'original l'étant tellement, et tellement abouti que les suites se rangent aisément au rayon de l'impure et simple exploitation de filon. Et la plupart du temps, on nous refourgue la même came suivie d'un chiffre différent ou enrichie d'un sous-titre qui en jette.
Worms World Party n'y fait pas radicalement exception, sauf que pour le coup, le jeu se fend d'un étripage en ligne qui vaut carrément tripette. Alors si c'est pour la bonne cause - internationaliser le conflit -, vous reprendrez bien une tranche de lombric saignant...
Vers de guerre mondiale

Pour ceux qui débarquent, Worms est la version belliciste, hargneuse et multi-jouissive de Lemmings , autant le lemming est con comme un pied-de-nez au milieu du visage, mais juste con, autant le worm est un furibard débile, bête et vicelard. Mais tout de suite quelques chiffres pour vous mettre le sang d'invertébrés à la bouche. Ce Worms-ci vous réserve 45 missions, dont certaines en temps réel, et un nouveau mode Training pour initier la bleusaille, perfectionner de sang-froid ou mettre au point vos tactiques. L'arsenal élargit encore ses saveurs et absurdités : escadron de taupes, balance de la justice, âne de béton, cryogénie, test nucléaire indien, bombe MB, visée laser, faible pesanteur, balle magique, moufette, armée du salut, lance-mouton, pluie de moutons, super-mouton ou mouton aquatique (n'en jetez plus)...
Malgré tout la pichenette se révèle toujours la plus dévastatrice, parce que la plus humiliante. Une "Wormopeadia", autrement dit une encyclopédie martiale, pourra désormais vous enseigner les rudiments et les dommages à attendre de chaque armement. Voilà quasiment tout.
Le Worms World Wild, alias Wormnet (le mode, vous est aujourd'hui ouvert, alors vous auriez tort de ne pas vous vautrez dedans comme les salopards que vous êtes. De mémoire de chair à canon, on n'a jamais inventé de génicide plus canon que le wormicide.

Test réalisé par Jean-Jacques

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A ceux qui voudraient bien user un peu leur DC en ligne avant de la mettre définitivement au rancard,
- Aux wormsophiles convaincus,
- Aux autres qu'ils restent à convaincre et que la connerie vaincra forcément par la suite.


Vous aimerez si vous avez aimé:
- Worms Armageddon