Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Uncharted 3 : L'illusion de Drake

Uncharted 3 : L'illusion de Drake

Porte-étendard commercial de Sony pour les fêtes de fin d’années, VRP technique de la PS3, suite de l’un des titres les plus adulés de cette génération de consoles, Uncharted porte de lourds fardeaux. Mais Nathan Drake n’a jamais eu peur des défis.
Un test est-il un conseil pseudo-objectif encourageant le joueur dans l’opinion qu’il s’est déjà forgé ou la critique forcément subjective d’une œuvre ? Pour le fan absolu de la série qui n’a jamais rien trouvé à lui reprocher, inutile d’aller plus avant dans ce test : Uncharted 3 est exactement la grande aventure dont vous rêviez, rythmée et merveilleuse, dans un cadre dépaysant à souhait. Prenez-le les yeux fermés.

La déception de Drake

Pour le joueur qui aborde la série sans à priori, le constat est plus mitigé, d’autant que les premières heures dans la peau de Nathan Drake s’avèrent poussives. Il faut se réadapter à la visée, un peu molle, accepter ces ennemis vêtus de chemises en coton blindées qui vous alignent au lance-roquettes ou lancent leur grenade avec la précision d’un champion de pétanque et vous canardent même lorsque l’un des leurs est au corps à corps.Il faut aussi s’accommoder des boulets – non, ils ne méritent pas le titre de compagnons – qui jouent quasiment les touristes pendant les fusillades. Il faut endurer que Naughty Dog, dans son intention louable de forcer le caractère cinématique de l’action, passe son temps à priver le joueur de sa liberté d’action. Regarde par ici, avance par-là, arrête de courir… ces instants où l’on doit obéir au "réalisateur" sont spectaculaires mais plutôt rédhibitoires en terme d’immersion. Pour ne rien arranger, les neuf premiers chapitres se révèlent inégaux, alternant des niveaux d’une beauté renversante que l’on explore le sourire aux lèvres et d’autres, d’une sombre austérité, empêtrés dans des affrontements chaotiques.

Montée en puissance

Heureusement, Uncharted 3 retrouve un second souffle, un souffle épique. L’émerveillement devient la norme, le plaisir de la découverte est constant. On admire le travail des artistes, notamment à travers les animations de Drake qui, frôlant de la main les murs, saisissant un objet pour assommer un ennemi, s’ancre plus que jamais dans son environnement. Et une fois seul (ou discrètement accompagné), on profite pleinement des possibilités offertes par chaque zone de combat pour contourner les ennemis, les éliminer silencieusement avant de faire parler la poudre. Les énigmes, bien que trop rares, n’en demeurent pas moins intéressantes et l’aspect plateforme rondement mené. La narration se distingue par sa qualité d’écriture : au-delà d’un humour qui fait mouche ou de ce fantasme toujours puissant du chasseur de mythe, Naughty Dog développe les relations de ses personnages avec sobriété et justesse.

À l’arrache

Sans complètement occulter les défauts du titre, cette avalanche de qualités propulse Uncharted 3 dans les hautes sphères du genre d’où aucun concurrent actuel ne semble pouvoir le déloger. Son mode coopération permettant de revisiter 9 niveaux familiers ainsi que le multijoueur, classique dans ses modes (Chacun pour soi, Match en équipes et Ailier façon Gears of War) malgré un effort de mise en scène, lui permettent de légitimer une cinquième étoile déjà acquise dans le cœur des fans.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 16 ans
- Aux nostalgiques d’Indiana Jones et de Tomb Raider.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Uncharted 2 : Among Thieves