Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Trivial Pursuit

Trivial Pursuit

Si l’on ne compte plus les adaptations du Monopoly ou du Scrabble, le Trivial Pursuit, malgré sa popularité, fait profil bas sur nos consoles et nos PC. Une opportunité qu’Electronic Arts se fait un plaisir de saisir.
Un plateau rempli de cases, des questions thématiques (sport, culture, histoire, géographie…) pour étaler l’étendue de son ignorance en public, six camemberts à récupérer pour revendiquer la victoire… tout le monde ou presque connaît le concept du Trivial Pursuit. Alors qu’attendre d’une version numérique ?

Le même ou presque

Forcément pas tout à fait la même chose que le jeu de plateau, ne serait-ce que pour des raisons techniques. Difficile de retranscrire la répartition égalitaire entre les questions ouvertes (Quelle est la capitale de l’Ouzbékistan ?) et les questions à choix multiples sur console.On se retrouve donc majoritairement confronté à des QCM laissant une place à la chance, parfois agrémentés de photos ou d’une carte, et soumis à un impitoyable chronomètre. Efficace, mais nettement moins original qu’un Buzz qui joue avec les sons, les images et la vidéo. Cela étant dit, le titre d’EA n’a rien de désagréable. Servi par une réalisation épurée très classieuse, des animations fluides et brèves, un commentateur relativement supportable et une prise en main naturelle, Trivial Pursuit s’avère être une bonne retranscription du jeu de plateau.

Les absents ont toujours tort

Trois modes de jeu sont disponibles. Le mode Classique parle pour lui-même, permettant jusqu’à quatre joueurs de s’affronter avec un seul ou quatre pads.

Alerte Trivial se destine au joueur solitaire qui peut s’amuser lors de sessions rapides avec un système de score par multiplicateurs que l’on peut comparer dans le cadre d’un classement en ligne. Enfin, le Défi propose une variante intéressante où les joueurs peuvent parier les uns sur les autres (untel pourra-t-il donner la bonne réponse ?) et divers bonus (réduction du temps de réponse, téléportation, etc.) viennent pimenter l’action. Bref, il y a de quoi faire, d’autant qu’il est possible de télécharger des packs de questions supplémentaire (payants). Par contre, difficile de comprendre comment EA a pu omettre la présence d’un mode on-line. Lorsque l’on connaît le succès du Uno sur le Xbox Live, lorsque l’on sait le potentiel de convivialité qu’apportent les caméras des différentes machines, il s’agit d’un choix tout simplement impardonnable. Ce Trivial Pursuit possède donc suffisamment d’atouts pour trouver sa place lors de vos soirées entre amis, mais risque de prendre la poussière en dehors de ces occasions.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 3 ans
- Aux fans du jeu original qui se font des soirées entre amis

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Scene it? Box Office