Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Transformers : La chute de Cybertron

Transformers : La chute de Cybertron

Après avoir souscrit l’année à la tradition de l’adaptation de film ratée, High Moon Studios rapatrie les Transformers sur leur planète Cybertron, en emportant la qualité dans leurs bagages.
Avant de métamorphoser la Terre en arène pour leur petite guéguerre, Autobots et Decepticons s’affrontaient déjà à l’autre bout de la galaxie, sur leur monde natal, Cybertron. Un premier round qui s’est plutôt mal terminé pour ce monde dont nous allons vivre les 6 derniers jours.

Un petit coup de polish

Comme dans l’opus de 2010, l’omniprésence des surfaces métalliques permet de compenser des graphismes un peu faiblards par une esthétique agréable. Les nombreux reflets ainsi que les effets de lumière donnent vie aux Transformers modélisés avec soins et animés de façon convaincante (notamment dans les transformations).Les bruitages et le doublage très réussis viennent renforcer l’immersion dans ce conflit désespéré. Côté action, nous sommes toujours en présence d’un jeu de tir à la troisième personne. Cela dit, entre son approche à l’ancienne (pas de mise à couvert) et les transformations, le résultat s’avère très dynamique. Autre apport toujours plaisant : la possibilité de collecter des cristaux et des plans servant à améliorer les armes, équipements et bonus passifs.

Les robots aussi évoluent

Il est aussi agréable de constater qu’High Moon Studios prend en compte les critiques essuyées et tente d’y remédier… avec plus ou moins de succès. Plutôt que d’avoir deux campagnes séparées, La chute de Cybertron suit les évènements en alternant constamment les points de vue, que ce soit entre les protagonistes ou les factions. Cette continuité narrative se révèle franchement prenante et permet aussi plus de variété. Sur le plan visuel, le contrat n’est qu’à moitié rempli car malgré des efforts indéniables sur les atmosphères, les enchevêtrements de plaques et de tuyaux que l’on retrouve laissent une impression d’uniformité. Par contre, côté gameplay, c’est une réussite. Selon les personnages contrôlés, les combats classiques s’agrémentent d’infiltration, de plateforme, de passages aériens, d’une emphase sur la conduite ou d’un défouloir lorsque l’on se retrouve aux commandes d’un géant. On progresse donc dans l’aventure sans jamais s’ennuyer.

La guerre des clones

Pourtant, quelques écueils finissent par écorcher l’expérience. Bien que l’on croise des ennemis différents, ils se cantonnent souvent à une zone. Du coup, les groupes sont souvent trop uniformes, proposant des combats stéréotypés, qui plus est dans des environnements généralement étriqués. Le choix de l’arsenal devient du coup déterminant, faisant la différence entre une balade de santé et une épreuve tendue. Heureusement, ces problèmes disparaissent en multijoueur où l’on peut concevoir son propre Transformers avant d’affronter des humains ou de résister à des vagues d’ennemis. Et il faut bien admettre que là encore, le cumul des transformations et des aptitudes donne lieu à des sessions franchement fun. Du coup, même s’il ne rivalise pas avec l’excellente d’un Batman en terme d’exploitation de licence, ce Transformers se pose en valeur sûre pour tous les amateurs de l’univers.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 12 ans.
- Aux fans de Transformers et même aux autres.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Transformers : La guerre pour Cybertron