Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Tom Clancy’s Splinter Cell Double Agent

Tom Clancy’s Splinter Cell Double Agent

Rien ne va plus pour Sam Fisher. Il a laissé derrière lui ses années de gloire au sein d’Echelon 3 et s’apprête à remplir sa mission la plus politiquement incorrecte. Dure que la vie d’agent double…
Il est loin le temps où Echelon 3, la cellule la plus secrète de la NSA, effectuait des missions où les forces en présence étaient clairement établies, où les notions de bien et de mal étaient précisément définies. Les temps changent, les conflits également, et la NSA se retrouve au centre de ces altérations. Suite à un événement dramatique, Fisher est envoyé sur le terrain en tant qu’agent double et va devoir s’acquitter de tâches jusque-là proscrites. C’est aussi une première pour Sam sur PS3. Une version bien similaire au jeu déjà sorti sur Xbox 360.

La 5e liberté

La réputation de Splinter Cell n’est plus à prouver auprès des fans d’infiltration qui, d’années en années, d’épisodes en épisodes, sauvent le monde des pires catastrophes, nettoient la planète des pires maux. Or cette fois, Sam Fisher devient le mal, la gangrène qui va devoir parasiter de l’intérieur la menace terroriste. Vous êtes toujours agent secret aux services des Etats-Unis d’Amérique, mais désormais vos amis ne sont pas forcément ceux que vous croyez, de même pour vos ennemis. Agir sous couverture, au sein d’une organisation terroriste constitue le nouvel élément de gameplay autour duquel va s’articuler tout le scénario, les mécanismes de jeu, la nuance entre le "pouvoir" et le "devoir".
Un exemple : je dois libérer ce détenu pour gagner la confiance du chef des terroristes et je peux épargner les gardiens de prison pour rester dans les petits papiers de la NSA. Vous avez certes le droit de tuer mais vous devez désormais composer avec l’indice de confiance des deux sociétés pour lesquelles vous travaillez.
Sam, mi-ange mi-démon

Chaque mission de la campagne solo présente à la fois des objectifs prioritaires incontournables et des orientations secondaires destinées en particulier à ce fameux indice de confiance. En cas de réussite, des équipements bonus vous sont accordés et influeront un peu plus sur votre style de jeu. Destructeur et peu soucieux de la vie d’autrui ou pacificateur et subtil dans la manière de gérer les confrontations, libre à vous. Un tableau statistique évalue en fin de mission votre prestation et met à jour l’indice, s’il arrive à zéro dans l’une ou l’autre des factions, la partie est terminée.

Plus blanc que blanc

Sam Fisher est plus que jamais le technicien de surface le plus efficace de son temps et il augmente encore son pouvoir nettoyant. A la liste déjà grande des mille et une façons de mettre hors d’état de nuire une menace, on note l’attaque d’angle, très pratique collé à un mur (hop tu te tais et tu dors), et l’attaque glaciale qui consiste, en milieu sous-marin, à briser violemment la glace et à agripper sa victime pour la noyer.
Délicieux ! Les animations de Splinter Cell restent au top du genre et s’accompagnent d’une résolution graphique surprenante ! Notons que la manette Sixaxis est mise à contribution pour certaines actions spéciales, que ce soit en solo ou en multijoueur.
Aux zèles indiscrets tout paraît légitime

Les habitués de la série vont devoir prendre leurs marques avec l’interface de discrétion inédite, fonctionnant avec un code couleur explicite. Simple et efficace, elle implique que vous utilisiez tant les zones d’ombres que les petits recoins lorsque vous êtes exposés en pleine lumière. Double Agent reste un jeu d’infiltration qui récompensera les plus furtifs. Enfin le multijoueur, en place depuis Pandora Tomorrow, ne cesse de se bonifier et les joueurs du PlayStation Network auront pour objectif de gravir les échelons des classements pour accéder aux récompenses, en solo ou en clan, côté espion comme mercenaire. Deux nouvelles cartes, des challenges inédits en coopération et un personnage féminin à jouer accompagnent cette sortie décalée.

Tom Clancy’s Splinter Cell Double Agent s’installe en référence du genre sur PS3 et attend de pied ferme un certain Metal Gear Solid. Mais pour les joueurs qui ont déjà le jeu sur Xbox 360 ou PC, l’intérêt de craquer pour cette version est somme toute des plus limités. Pour les autres, lâchez-vous !

Test réalisé par Frédéric Pam.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux agents majeurs et vaccinés
- Aux joueurs schizophrènes
- A ceux qui veulent découvrir Sam Fisher sous un jour plus sombre


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Tom Clancy’s Splinter Double Agent sur Xbox 360