Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Tom Clancy’s Rainbow Six Vegas 2

Tom Clancy’s Rainbow Six Vegas 2

Après les consoles, l’équipe Rainbow fait honneur au PC. Débarquement prévu à Las Vegas pour la troupe d’élite en quête de terroristes à pacifier. Un titre proche de ce que nous avons déjà vu sur Xbox 360 et PS3… d’où un test fort ressemblant.
Comme tous les épisodes de la série Rainbow Six, Vegas 2 possède un scénario poignant où se mêlent honneur, trahison, imbroglio politique et vilains terroristes (bombes inclues dans la boîte). Comme d’habitude, on ignore les dialogues pour se contenter du résumé fourni par le réticule de visée : rouge, tu tires, vert, tu t’abstiens.

Que la lumière soit !

Si l’on a l’habitude des intrigues répétitives, il est plus surprenant de voir R6 revenir sur un lieu déjà familier, d’autant que la précédente visite guidée, si agréable fut-elle, ne brillait guère par la variété de ses ambiances nocturnes. Un problème qu’Ubisoft prend à bras le corps, proposant en guise de tutorial une mission dépaysante dans les Pyrénées françaises.
On redécouvre ensuite un Vegas diurne : aux inévitables clubs et casinos s’ajoutent complexe sportif, bibliothèque, bureaux, appartements, entrepôts, jardins de pavillons, centre d’exposition, gare, raffinerie (au Nevada)… De quoi garantir une diversité visuelle constante.
Le bon chasseur, y voit un truc qui bouge…

La chose est d’autant plus appréciable que le gameplay, lui, n’évolue guère. S’inspirant du système d’expérience de Call of Duty (auquel il emprunte aussi son système de régénération), Vegas 2 permet de débloquer armes, protections et camouflages au gré de ses performances. Pour le reste, cela sent le réchauffé : 1) utilisation de la caméra serpent pour voir ce qu’il se passe derrière une porte, 2) assignation de cibles aux deux équipiers, 3) assaut en règle de la pièce et 4) reprenez à 1. Le système de couverture, bien qu’efficace, stagne (pas de "cover to cover") et les descentes en rappel, très cinématographiques, tiennent un peu du gadget.… Classique mais efficace pourrait-on dire, efficace mais trop classique, dira-t-on.

Le terroriste qui valait trois milliards

Car outre la répétitivité de l’action, on retrouve quelques sources de frustrations familières, telles que les sauvegardes parcimonieuses, l’absence d’un système d’alerte aux grenades qui entraîne des morts absurdes, la gestion douteuse des perforations et surtout, le comportement des adversaires. Dans la famille "les développeurs méritent des claques", je voudrais l’Intelligence-artificielle-débile-compensée-par-des-sens-surhumains.
Les terroristes bioniques vous repèrent à travers le moindre interstice, la végétation, et parfois les murs, puis vous canardent avec une précision redoutable. Bien que les alliés dotés de capacités identiques compensent, vous aurez régulièrement droit à quelques crises de nerf (ça passe sur les notes de frais, les pads ?).
Malgré ces reproches et une réalisation un brin désuète, Vegas 2 demeure un bon trip. L’action est intense, mise en valeur par une ambiance sonore grandiose. Bien que la campagne coopérative ait été réduite à 2 joueurs (toujours 4 pour la Chasse aux terroristes), le mode multijoueur promet une fois encore d’excellents moments sur le PlayStation Network, et pour beaucoup ce seul argument justifiera l’achat.

Test réalisé par Frédéric Dufresne et Arnaud Papeguay en couverture.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 16 ans
- A ceux qui aiment quelques grammes de tactique dans un monde de FPS
- Aux joueurs qui raffolent des entrées fracassantes


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Tom Clancy’s Rainbow Six Vegas
- Call of Duty 4