Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Tom Clancy's EndWar

Tom Clancy's EndWar

Prévu comme un jeu purement console, EndWar tente de s’inviter sur PC. Peut-on vraiment adapter le concept sur cette machine où les RTS sont légion ? Si on peut se poser la question, nous vous donnons la réponse.
L’idée de base de EndWar, c’était que la manette se prêtait mal aux jeux de stratégie en temps réel. Donc Ubisoft a décidé de mettre votre voix dans le jeu grâce à un système de commandes vocales. Et voici ce jeu qui débarque sur PC là où clavier et souris font des merveilles…

Futur proche

EndWar se déroule dans un futur proche, avec un scénario tellement affligeant que la série Command & Conquer passerait presque pour un documentaire historique. Pour vous résumer la chose, le Moyen-Orient s’est fait péter la tête à coups d’ogives nucléaires. La Russie se retrouve premier producteur mondial de pétrole et en profite pour redevenir "vilaine méchante". Elle fomente un complot pour que la jeune Fédération européenne et les Etats-Unis se déclarent la guerre. Et voilà ! Trois grandes puissances qui se pètent les dents. Avec les vilains russes, les américains naïfs et un peu couillons, les malheureux européens anti-américains et sûrs d’eux.Ca Risk de péter fort

Après un prélude qui vous fait passer d’une faction à l’autre, commence la guerre à proprement parlé aux commandes d’une nation. Le monde s’affiche sous la forme d’un globe constellé de cases. Vous choisissez parmi les combats accessibles auxquels participer. Sachant évidemment que prises de bases militaire ou de villes (en plusieurs tours) méritent votre attention.

Les armées de votre camp réaliseront d’autres déplacements automatiquement, de même pour l’ennemi. La cohérence globale des opérations ne reste guère réaliste, mais EndWar est surtout un titre d’action autant que de stratégie. Les combats vous demandent de tenir ou de détruire un certain nombre de points en temps limité. A vous de choisir les unités qui participeront à l’action, sachant qu’il faut éviter de les perdre car elles prendront de l’expérience (et que certains scénarios ne vous permettront pas d’appeler des renforts). Cette expérience leur donne accès à des améliorations que vous achèterez entre les combats. Plus une unité est aguerrie, plus elle obtient des améliorations parmi celles que vous avez acquises.

Sourdingue et fier de l’être

Si sur console le système de commande vocale se montrait convaincant, sur PC c’est le flop. La phase de calibrage est une vraie galère. Y compris avec des micro-casques de marque (et de qualité), la bonne reconnaissance de la voix se montre complètement aléatoire. Cela fonctionnera-t-il parfaitement chez vous ? C’est au petit bonheur la chance… En même temps, sur PC, on découvre avec joie que les raccourcis clavier et la souris permettent de toute façon de donner des ordres bien plus vite qu’à la voix. Ce qui rend le système (point central du jeu toute même) sans aucun intérêt. Le gameplay, comme sur console, penche vers l’action. Avec la possibilité de vraiment zoomer au cœur des combats et de suivre une unité à la troisième personne. Le déploiement de drones offre aussi une vue en images de synthèse du champ de bataille depuis le dessus. Très utile pour coordonner les déplacements et frappes d’artillerie. La logique du "pierre-feuille-ciseau" s’avère poussée à l’extrême, peut-être même un peu trop. Et contre l’intelligence artificielle (IA), gagner rimera souvent à envoyer la bonne unité contre la sienne.

Efficace malgré tout ?

Bien qu’il faut admettre que les combats restent efficaces. A un point près… Certains affrontements permettent de déployer des armes de destruction massive. Et c’est le camp qui perd qui obtient le droit de tirer le premier. D’où l’instant de solitude typique : vous êtes sur le point de l’emporter, à une minute de la fin, boum, un éclair blanc anéantit vos forces sur un point de contrôle. L’IA débarque, prend le point. 10 secondes restantes. Défaite du joueur. Ca énerve… EndWar sur PC a tous les défauts des versions consoles et se permet même de torpiller son système de commande vocale visiblement mal adapté. Côté qualités ? Une guerre apocalyptique, des contrôles clavier/souris réactifs. Mais sur ce support, il arrive entre le marteau (Dawn of War 2) et l’enclume (Empire : Total War)… Vous l’aurez compris, le jeu est un soft console et peinera à trouver ici son public.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 16 ans.
- Aux joueurs qui veulent donner de la voix.
- A ceux qui veulent participer à la vaste campagne en ligne.
- A ceux qui ont fini tous les RTS déjà sortis sur PC…

Vous aimerez si vous avez aimé :
- World in Conflict: Soviet Assault