Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Tiger Woods PGA Tour 2006

Tiger Woods PGA Tour 2006

Le loup est dans la bergerie, ou plutôt, le tigre sort du bois, du putter, pour nous faire danser sur des swings endiablés. Tiger Woods, bien que diminué sur PSP, arbore un caddie de nouveautés.
Lorsqu’une machine de guerre, de la trempe d’une licence EA Sports, débarque sur pratiquement tous les formats de console, il y a de quoi avoir peur. D’autant plus si l’on s’intéresse aux versions portables, même lorsqu’il s’agit de PSP. Le titre, la jaquette, les développeurs, tout en a l’aspect, le goût, mais ce n’est pas exactement, le même jeu, disons plutôt une version allégée. La référence en matière de golf fait quelques concessions : elle propose moins d’options, ainsi qu’une simplification des contrôles. Pas de panique cependant, nous restons quand même dans l’univers sérieux de la simulation.

Tout est dans le stick analogique

Dites au revoir à la classique jauge de puissance, et sa précision suisse, dans la pression du bouton de tir. Changement d’orientation, c’est le système utilisé par la série des Outlaw Golf qui est adopté, l’idée étant de reproduire au mieux le geste du golfeur. En tirant le stick analogique vers l’arrière, votre joueur arme son club au dessus de sa tête, ce qui a pour effet d’augmenter la puissance de tir, puis en le poussant vers l’avant, il finalise son swing. La trajectoire sera à l’image de votre mouvement, soit parfaitement dans l’axe, ou peut être incurvée, si vous jouez avec les diagonales. Diabolique sur une manette, la PSP n’est pas réputée pour la finesse de son pad, et les orfèvres de la petite balle blanche ne pourront être vraiment satisfaits.
D’autant que la gestion des effets est un peu olé olé. Réalisée après coup, elle se fait alors que la balle vole vers sa destinée. Globalement le système apporte quand même une meilleure immersion dans l’action.
Un green qui fait peau neuve

Au rayon des nouveautés, la représentation du relief des greens est maintenant la même que pour Everybody’s Golf . Un quadrillage recouvre le green. Sa couleur permet d’en définir la pente, et la vitesse de déplacement de petites billes à sa surface, en détermine l’inclinaison. Vous pouvez utiliser plusieurs vues de caméra pour vous aider dans vos choix. Un système vous dessine temporairement la trajectoire idéale, et suivant le mouvement qu’effectue la caméra, vous devez pouvoir en déduire si l’orientation de votre tir est bonne ou pas. Assez obscure, cette pseudo béquille est plus déstabilisante qu’autre chose. En tout cas, toutes les informations sont disponibles au premier coup d’œil, qu’il faut quand même avoir bien aiguisé pour cette phase finale de jeu.

Presque autant d’activités qu’au club Poulpe de la plage de la Baule

A côté des différents parcours, un club house vous offre de créer votre personnage au moyen d’une interface particulièrement fournie. Au fur et à mesure de vos exploits, il vous faudra lui conférer les soins nécessaires pour faire de lui un grand champion. Vêtements, matériel, caractéristiques, tout est monnayable et tentant, en tout cas suffisamment pour vous tenir en haleine de très longues heures. Même diminués, les choix qu’offrent les différents modes sont tout à fait raisonnables. Si tout ceci reste classique, il faut noter l’apparition d’un concours de putt dans un frénétique contre la montre.
Les parcours sont réalisables avec différentes façons de compter les points, ainsi qu’un mode rival qui propose des challenges dont le but est de vous conduire jusqu’à l’affrontement final contre l’illustrissime Tiger Woods.
Un plaisir solitaire qui pourrait bien devenir un plaisir de groupe

Les avantages de la licence de taille sont bien présents. Les meilleurs joueurs mondiaux sont modélisés, tout autant qu’une douzaine de golfs, parmi les plus célèbres. Les animations sont sympas, cependant que les environnements sont assez pauvres et dépouillés. La plus grande source de bonheur peut finalement venir du multijoueur. Confronter son golfeur à celui de ses potes, ou d’inconnus qui ne vous offriront pas forcément des fleurs, constitue l’expérience la plus excitante, stressante et jubilatoire. Encore faut-il avoir des potes golfeurs et sérieux.

Test réalisé par Mathias Lavorel

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- A tous ceux qui pensent que le golf, même sur console doit rester sérieux
- Aux fans de la série des Tiger Woods, mais pas forcément de Django Reinhardt
- A ceux qui veulent affronter la terre entière dans le domaine particulier du swing


Vous aimerez ce jeu si vous avez aimé :
- La série des Tiger Woods