Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

The Westerner

The Westerner

Un chapeau, deux revolvers, une bonne dose d'humour et des énigmes à gogo , le Far West de The Westerner séduira sans nul doute les amateurs de jeux d'aventure.
Après avoir brillamment prouvé que le jeu d'aventure du type "Point'n'click" avait encore de beaux jours devant lui grâce à d'excellents titres comme Runaway ou Tony Tough, l'éditeur Focus nous propose une nouvelle escapade ludique.

Le bon, la brute et les bugs

Commençons le test par un point capital. Il nous semble en effet important de préciser ici que le jeu est victime de bugs particulièrement agaçants sur certaines configurations : retours intempestifs au bureau de Windows, personnage principal qui se met à tourner en rond sans raison apparente, petits problèmes sonores... Plus affligeant encore : certaines animations rament carrément ce qui est tout bonnement inacceptable pour un jeu d'aventure de type "Point'n'click" - même 3D - tournant sur une machine équipée d'un Athlon 1.800+, d'une carte vidéo de type Radeon disposant de 256 Mo de Ram (!), de pilotes à jour et de 512 Mo de Ram conventionnelle. Si on peut à la limite comprendre qu'un jeu particulièrement complexe subisse ce genre de soucis (cf. Simcity 4),
on ne voit rien qui puisse justifier le fait que The Westerner rencontre ces problèmes en dehors de l'argument qui justifie tout et son contraire : "Désolé mais on ne peut pas tester le jeu sur toutes les configurations possibles". Un patch corrigera sans doute ces bugs dans un avenir proche mais ils laissent pour l'instant un désagréable arrière-goût de bâclé.
Fenimore Fillmore sifflera trois fois

Le héros de cette aventure n'est pas un nouveau venu. Le brave Fenimore tenait déjà le rôle titre dans l'injustement méconnu Le trésor des Toltecs, paru en 1996 et fourni gratuitement en version française avec The Westerner. Cette fois, le cow-boy va devoir prêter main forte à des paysans opprimés par l'odieux Starek. N'insistez pas pour en savoir plus sur cette histoire loufoque , sachez juste qu'elle est pleine de situations burlesques et que les clins d'oeil au ciné ou au dessin animé abondent.

Il était une fois dans le sud

Pour donner vie à cette nouvelle histoire, les développeurs espagnols de Revistronic ainsi que l'éditeur français n'ont pas lésiné sur les moyens. Au niveau technique tout d'abord : un lifting 3D particulièrement convaincant a été appliqué au bon vieux "Point'n'click" grâce à une technique novatrice permettant d'afficher des personnages aux courbes parfaites. Exit les hideux polygones d'antan , place à un rendu graphique au style cartoon capable de rivaliser avec de nombreux films de synthèse. L'autre bel effort porte sur le doublage luxueux de la version française puisqu'on retrouve dans le jeu les voix officielles de Tom Hanks, Julia Roberts, Morgan Freeman et d'autres encore qu'on vous laisse le soin de reconnaître.
En tout, seize professionnels ont mis leur talent au service de The Westerner. Ajoutez à tout cela des énigmes bien ficelées, une prise en main simplissime et un humour omniprésent et vous aurez ce qu'il est convenu d'appeler un excellent jeu. Excellent mais pas irréprochable...
A poor lonesome beta-testeur ?

Si on a bien affaire ici à un excellent jeu d'aventure humoristique qui s'inscrit dans la lignée des meilleurs LucasArts, on ne peut que regretter les problèmes techniques évoqués ci-dessus qui gâchent franchement le plaisir. La note finale en tient évidemment compte car on ne voit aucune raison d'être indulgents sur ce point. Dommage car en dehors des bugs et de quelques passages répétitifs - faire pousser des carottes pour nourrir son cheval (?) - The Westerner aurait mérité bien mieux. Il est grand temps que les développeurs cessent de prendre les joueurs pour des bêta-testeurs.

Test & débuggage réalisé par Guillaume Pan'.

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux amateurs de jeux d'aventure
- A ceux chez qui il ne plante pas
- Aux cow-boys de salon


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Runaway, A Road Adventure
- Tony Tough and the Night of Roaster Moth