Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds

Retour fiche produit

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds

La 3DS accueille enfin son premier Zelda exclusif. Cette suite de A Link to the Past offre un majestueux hommage au jeu de la Super Nintendo, tout en tentant de bousculer les poncifs de la saga.
Dans cette aventure, Link doit contrecarrer les plans d’un sorcier, qui a enfermé la princesse Zelda à l’intérieur d’un tableau et cherche à ressusciter Ganon, pour s’emparer de la Triforce. La quête de notre brave garçon l’amènera à parcourir les coins les plus dangereux d’Hyrule et de Lorule, un monde parallèle qui a sombré dans la désolation. Cette suite au mythique A Link to the Past se déroule dans le même univers que celui-ci. Même si l’histoire de ce nouveau héros de la Triforce est totalement différente, on retrouve les mêmes régions, situés exactement aux mêmes endroits sur la carte. Toujours en vue du dessus, les graphismes reprennent à l’identique le design rondouillard d’il y a vingt ans, mais en 3D, avec des animations très léchées. Les thèmes musicaux de l’époque sont rejoués dans des variantes orchestrales absolument sublimes, accompagnés de pas mal de nouveaux morceaux, tout aussi charmants. Pour un fan originel de l’épisode Super Nintendo, cette "suite-hommage" réveille énormément de souvenirs. Un pur délice.Aplati contre un mur
Fidèle à la tradition des donjons et des énigmes, A Link Between Worlds offre un pouvoir assez original à Link pour résoudre les puzzles qui lui barrent la route. Notre héros peut ici se transformer en dessin et se déplacer sur les murs, horizontalement, pendant une durée limitée par une jauge d’endurance. Il devient ainsi capable de franchir des précipices, se glisser dans des fentes et se rendre à des endroits inatteignables autrement. Une idée vraiment chouette. Pour bien calculer son coup, il s’agira d’apprécier correctement les hauteurs et la 3D stéréoscopique se rend particulièrement utile. Elle montre aussi sa pertinence dans pas mal de résolutions d’énigmes et quelques passages difficiles à négocier.

Changer l’ordre établi
Le jeu présente une progression assez différente par rapport aux autres volets. Cette fois-ci, hormis le premier temple, c’est vous qui choisissez l’ordre dans lequel vous bouclez les donjons. Pour ne pas être bloqué, les objets de l’équipement (boomerang, grappin, baguette de feu...) sont tous accessibles, très tôt dans le jeu. Le marchand Lavio propose de vous les louer pour une somme à peu près raisonnable. Cependant, si vous tombez au combat, il faudra remettre la main à la bourse pour récupérer les objets. Link étant relativement peu résistant aux coups (sans les améliorations) et les enregistrements de partie se faisant à des points de sauvegarde, il conviendra donc de faire attention. Soit en emportant avec soi uniquement l’objet-clé dont on a besoin, soit en ressortant régulièrement des donjons pour s’assurer d’une sauvegarde. Vous pourrez, rassurez-vous, acheter pour de vrai chaque outil de votre arsenal, un peu plus tard, mais moyennant une somme rondelette à chaque fois. Préparez-vous à chasser du rubis.

Pas très lon-lon
Ce changement de structure, assez novateur dans la saga, procure une sensation de liberté inédite et très agréable. Mais, en contrepartie, chaque donjon ne nécessite qu’un seul et unique objet pour en venir à bout. Malgré de bonnes idées dans leurs conceptions, les temples se bouclent assez rapidement. En plus de cela, comme la plupart des upgrades se cachent désormais dans les donjons eux-mêmes, le jeu offre relativement peu d’à-côtés, à part les quarts de cœur et la quête des bigorneaux. L’aventure se termine donc assez vite (une quinzaine d’heures) et on reste sur une sensation de trop peu, en tout cas pour un Zelda. Malgré cela, cet épisode reste plein de qualités et demeure un très bon jeu d’aventure sur console portable. On aurait juste préféré que les développeurs creusent davantage leurs nouveaux concepts, histoire de mettre un peu plus à l’épreuve l’esprit des amateurs de donjons à énigmes.

Test réalisé par Emmanuel Bahu-Leyser.

Avis de la rédaction

À qui s’adresse ce jeu ?
- À tous les amateurs d’aventure et de donjons, dès 10 ans.
- Aux adorateurs du héros au bonnet vert.
- Aux vieux de la vieille, qui ont fait leurs armes sur l’inoubliable The Legend of Zelda : A Link to the Past.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3D
- The Legend of Zelda : A Link to the Past sur Super Nintendo et Game Boy Advance.