Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

The Kore Gang

The Kore Gang

Si la qualité d'un jeu était proportionnelle au nombre de ses années de galère pour sortir, The Kore Gang serait à coup sûr un des meilleurs jeux de la décennie. Malheureusement, il n'en est rien...
Dix ans, il aura fallu presque dix ans à The Kore Gang pour finalement sortir. Prévu sur la Xbox première du nom, après moult contretemps, c'est finalement sur Wii qu'il voit le jour. A priori, c'est plutôt le résultat qui nous intéresse, sauf, bien sûr, si son histoire a une incidence sur le jeu, et ici, c'est le cas. Mais avant d'entrer dans ces considérations, voyons de quoi il s'agit. Dans un univers riche, parfois sombre comme les entrailles d'un monstre, parfois coloré comme un petit village de campagne en plein été, gravitent d'ignobles méchants aux funestes projets, un bestiaire hallucinant et éclectique, un chercheur fou kidnappé, trois personnages héroïques à incarner, aussi complémentaires qu'indispensables pour rendre à la terre une certaine sérénité, et une combinaison mécanique dont les pouvoirs varient en fonction de celui ou celle qui en prend le contrôle.Une classe indéniable

Après quelques minutes passées en compagnie de The Kore Gang, les références et les hommages se bousculent. Possédant une très forte identité graphique, délivrant un humour irrésistible, le jeu fait penser aux Psychonauts de Tim Schafer, ou plus largement aux univers chers à Tim Burton. De plus, pour que l'immersion soit totale, la bande-son et les doublages sont une pure merveille. Si la mécanique de l'histoire est assez classique, les situations et les dialogues sont décalés et surprenant à souhait, et c'est toujours avec beaucoup de plaisir que l'on aborde une nouvelle cinématique.

Des lacunes difficiles à dépasser

Le jeu alterne des niveaux assez linéaires, avec des espaces plus ouverts dans lesquels vous réalisez différentes missions dans l'ordre de votre choix. Progressivement, vous vous retrouvez à la tête d'une équipe de choc, formée de trois personnages aux talents différents et complémentaires, tous regroupés dans la même armure. La construction de l'histoire est faite de telle façon que vous avez le temps d'apprendre et de maîtriser les capacités de l'un avant l'arrivée de l'autre. Vous passez ensuite de l'un à l'autre par une simple pression sur un bouton, sachant que l'un excelle dans les passages plate-forme, l'autre n'a pas son pareil pour envoyer de puissantes et destructrices baffes, tandis qu'aucune serrure ne peut résister au fin limier qu'est le dernier. Tout pourrait être au mieux si la gestion de la caméra n'était pas aussi pénible. Impossible à replacer automatiquement, c'est avec la croix directionnelle que l'on galère pour tenter de la faire bouger. Et parfois, celle-ci ne veut rien entendre. Il faut alors batailler et déplacer son personnage de son mieux pour miraculeusement réussir à la faire tourner. Ajoutez à cela des soucis de profondeur de champ qui entraîne des sauts dans le vide à tour de bras, et vous réalisez que vous êtes en réalité dix ans en arrière.

Marqué au fer rouge par son époque

L'histoire est aussi forte et étonnante que la mécanique de jeu est dépassée. Cela pourrait avoir son charme, cependant, les problèmes de caméra empêchent de prendre du plaisir à avancer. Dans le domaine des jeux de plate-forme, en une dizaine d'années, d'énormes progrès ont été fait, il suffit de prendre les contrôles d'un récent épisode de Mario pour s'en rendre compte. Pour véritablement apprécier The Kore Gang, il faut donc d'abord être d'une grande patience, et être plus sensible à l'environnement, aux dialogues, à l'identité graphique qu'au plaisir de jeu en lui-même.

Test réalisé par Mathias Lavorel.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux nostalgiques des jeux de plate-forme drôles, originaux dont la caméra est pénible et la jouabilité surannée.
- A celles et ceux qui aiment les histoires délirantes, avec des voix et des musiques excellentes, sans se soucier du confort et de l'intérêt du jeu.
- Aux curieuses et aux curieux qui voudraient découvrir pourquoi parfois ce n'était pas mieux avant.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Psychonauts pour l'ambiance et l'univers décalé, malheureusement pas pour la jouabilité.