Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Super Runabout

Super Runabout

Crazy Taxi ne vous a pas calmé ? La gomme vous colle aux dents et rien ne vous comble mieux qu'un son de tôle fracassé mêlé de vitre brisée ? En gros vous êtes un adepte du crash test ? Super Runabout est sans doute fait pour vous.
Agitez frénétiquement Les Blues Brothers, Bullit, Crash et Une Journée en Enfer - pour sa cavale dans Central Park - dans le shaker du jeu vidéo et vous obtenez un Super Runabout. Sur PlayStation d'ailleurs, le concept Die Hard donnait un avant-goût du sous-genre automobile qui nous intéresse. Et re-d'ailleurs le premier jeu à exploiter cette veine s'appelait Runabout, toujours sur PlayStation. Le jeu était passé presto plutôt inaperçu mais une énième race vidéo-ludique était née : le bolide urbain.

Super run abouti ?

Crazi Taxi, Driver, Grand Theft Auto sont de cette race, qui vous mettent au volant de grosses cylindrées pour de folles virées anti-piétons. Non pas qu'ils finissent nécessairement en rustines sous vos pneus comme dans GTA, cependant les rues piétonnes y sont clairement hérétiques. Maintenant sur Dreamcast, Super Runabout voudrait bien profiter d'une formule qu'il a tracé dans ses grandes lignes et s'engouffrer dans sa propre brèche pour enfin connaître le succès.
Lazy Taxi

Les augures se montraient pourtant archi favorables. Des options en stock, des détails asphaltiques en pagaille, des véhicules en veux-tu en voilà - en voulais-tu 16, en voilà 32 -, 2 scénario pour 2 équipes et 16 missions, les rues de San Francisco en décor, une ambiance goguenarde et rigolarde... On s'était donc déjà mis à saliver en espérant un Crazy Taxi sans taxi mais carrément plus Crazy et savamment varié.. Premier contact : on ravale sa bave et l'on ne jette pas son joypad au mur. Après-coup néanmoins, il serait draconien de ne pas concéder certaines qualités à S. Runabout.

"Pas de loisir pour les pauvres"...

Et "les mauvaises nouvelles ont des ailes" forment les deux pendants de la même histoire. Vécue d'un côté par une clique de coursiers à moitié forbans et totalement furibards, de l'autre par la flicaille qui tente de les agrafer. Rassurez-vous, que vous vous trouviez du bon ou du mauvais versant de la loi, l'œuvre de démolition et de saccage citadin demeure à peu près la même. En effet, vos objectifs n'ont pas été pêchés bien loin. Qu'il s'agisse de récupérer des bombes ou des mallettes secret-défense,

de stopper un tramway plus furieux qu'un taureau en rut ou de concocter/livrer des hot-dogs, la collision est reine, le choc est roi. Quel que soit votre engin (scooter, tire de flic, pick-up, van, char d'assaut...), vous devrez voir à jauger la dangerosité des carambolages et à hiérarchiser les accidents. Sinon direction casse.
Quasi Taxi

Un point sur lequel Super Runabout est indéniablement plus crazy que Crazy Taxi : son pilotage. Malgré sa rubrique garage et les réglages qui en découlent, Runabout ne peut se départir d'un maniement vaseux et cotonneux. Pas photo face aux coups de volant francs et précis de Crazy Taxi. Certaines réactions se trouvent exacerbées et des télescopages anodins peuvent déboucher sur des acrobaties ébouriffantes. Cette biscornuité a parfois du style, mais lorsque le chrono est ric rac, y a de quoi craquer. Par ailleurs et pour mieux remuer le courroux dans la plaie, le jeu se voit assez chouettardement présenté et les replays se laissent savoureusement admirer ou enregistrer. En clôture, bilan positif quasi décoiffant, même si le jeu s'avère souvent tiré par les tifs.

Test réalisé par Jean-Jacques

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- "Pour tous publics", si l'on en croît le boîtier,
- Aux admirateurs de Rémy Julienne,
- A ceux qui ont trouvé Crazy Taxi trop axé simulation...
- Aux chauffards aussi Mad que Max.


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Midtown Madness
- Crazy Taxi
- Driver