Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Stronghold

Stronghold

Une simulation de châteaux forts et d'économie médiévale : voilà ce qu'il vous faut pour résister bien au chaud aux premières attaques de l'automne. Stronghold pourrait bien devenir la star de votre disque dur...
Je ne sais pas pour vous, mais les châteaux forts sont des constructions qui m'ont toujours impressionné. Pensez donc : monter un tel bordel avec des moyens primitifs, en général dans un endroit bien inaccessible (autant à l'ennemi qu'aux porteurs de pierres) pour ensuite s'occuper de le défendre pendant des mois ou des années contre des malades qui balancent dessus d'énormes rochers à coups de catapultes... Alors quand un jeu comme Stronghold annonce fièrement son intention de proposer une simulation de châteaux forts, je me précipite dessus rien que pour monter enfin MA place forte idéale. Faites chauffer l'huile et relevez le pont-levis : ça va barder.

Premières impressions

Après une installation sans problèmes et une cinématique jolie mais qui fait craindre le pire au niveau des doublages - j'y reviendrai - direction le tutorial pour faire ses premières armes. C'est l'occasion de découvrir les choix graphiques des développeurs (pour ceux qui n'auraient pas écumé la démo depuis sa sortie) et en la matière, on sent d'emblée qu'un gros effort a été fourni pour proposer un jeu visuellement engageant. Les arbres bougent sous le vent, les différents bâtiments sont finement ciselés et la 3D isométrique remplit assez bien son rôle pour présenter le futur champ de bataille sous tous ses angles.
Car n'allez pas penser qu'on vous demande d'installer un château fort pour faire joli : les loups terrorisent les villageois, certains parlent même d'ours en liberté et les brigands abondent. En plus, bien entendu, des hordes de soldats ennemis ne tarderont pas à assiéger votre communauté.
Petit précis de construction médiévale

Au coeur du jeu, on trouve deux campagnes : l'une essentiellement militaire contenant 21 missions et l'autre principalement économique mais plus courte : 5 scénarios. L'aspect militaire est évidemment au cœur de Stronghold et la campagne vous amènera à bâtir des châteaux de toutes pièces et à les défendre, à capturer et à tenir ceux de l'ennemi, à renforcer des bâtisses existantes, etc. Pour cela, vous aurez accès à différents outils : des palissades de bois, différents types de murs de pierre, plusieurs tours et corps de garde, des douves, de l'huile bouillante pour repousser l'ennemi et toutes les autres douceurs médiévales auxquelles vous pouvez songer. L'interface a été conçue pour permettre de construire tout ça sans difficulté, d'un simple drag & drop, histoire de pouvoir se concentrer sur la logique de construction. Double enceinte ou douves ? Utilisation des barrières naturelles ou construction fermée ? A vous de faire vos preuves en la matière mais sachez que si les bâtisseurs du moyen âge faisaientt dans le massif, il y a peut-être une raison. Un simple mur ne tiendra pas longtemps face à une catapulte et ne laissera que peu de places à vos archers pour circuler.

Vous et vos cerfs

Comme tout jeu de stratégie temps réel qui se respecte, Stronghold repose sur des bases saines : des hordes de paysans croulant sous les impôts couperont du bois, iront chasser du gibier ou s'occuper de vos fermes, deviendront boulangers ou archers , bref ça bossera dur pendant que vous... inspecterez que tout fonctionne convenablement. Car en plus d'être perpétuellement assiégé, vous aurez à assurer l'équilibre de votre économie. Il faudra remplir vos caisses pour payer les soldats, vous assurer que tout le monde à assez à manger, que votre popularité est satisfaisante (sinon vos péons se tirent) et que vous disposez des ressources nécessaires à la construction. Rien que pour l'alimentation, le choix est vaste : pommeraies, fermes, champs de blé pour produire du pain, culture de houblon pour la bière, postes de chasse, etc. Ajoutez à cela qu'avant d'engager des hommes de troupes, il faudra produire les armes pour les équiper et vous aurez une idée du boulot qui vous attend.

Prêt pour un siège ?

Sachez que la maîtrise de toutes ces préparations sera nécessaire pour survivre à une attaque. L'ennemi est doté d'une IA astucieuse capable de trouver vos points faibles et la diversité des unités de siège rendent la défense assez ardue. Au programme purement militaire :

11 unités de combat (dont les désagréables porteurs d'échelles qui permettent à l'adversaire de grimper sur vos créneaux) et 5 engins de guerre. Les attaques sont toujours massives et il faudra faire preuve de pugnacité pour résister aux assauts. Vos ennemis n'hésiteront pas à combler vos douves ou à creuser sous vos murs pour accéder à votre place forte.
Allez, zou ! Conclusion

Au final, Stronghold mixe agréablement une version moyenâgeuse de Simcity avec le meilleur de la stratégie temps réel. Sa durée de vie est renforcée par un éditeur de mission, un mode réseau pour 8 via gamespy et différents modes proposant des missions aléatoires. Seul défaut : les voix françaises frisent la parodie. Les accents "bien'cheu'nous" ou trop exagérés nous ont semblé ne pas coller au jeu. A part ça, Stronghold est un beau challenge pour les stratèges. Il serait cependant dommage de passer à coté.

Test réalisé par Guillaume Pan'.

Avis de la rédaction

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Age of Empires 2


A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux amateurs de stratégie temps réel.
- Aux passionnés du moyen-âge.