Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Star Wars Episode III : Revenge of the Sith

Star Wars Episode III : Revenge of the Sith

Nous arrivons trop tard, le côté obscur de la force a transformé la DS en GBA. Heureusement, à l'image de Dark Vador, il reste encore une partie du bon côté à l'intérieur, même Padmé vous le dirait.
4 mots sont nécessaires pour décrire l'essence de ce pure jeu d'action : dézinguer à tout va. A quelques raccourcis près, le scénario suit exactement la trame du film, jusqu'à reprendre certains des ses dialogues. Vous incarnez, au choix, Obi-Wan Kenobi ou son disciple, dans des missions parfois terrestres, parfois aériennes, en commençant par le sauvetage du chancelier Palpatine, jusqu'à la transformation d'Anakin Skywalker en Dark Vador.

13, porte bonheur ou porte malheur ?

Quel que soit votre choix de personnage, vous aurez 13 missions réaliser. Les 4 premières sont identiques à chacun, nos deux héros ferraillant main dans la main, mais leurs chemins se séparent bien vite, pour ne se retrouver que lors de l'affrontement final. 3 missions à bord d'un vaisseau spatial et 3 boss émaillent leurs parcours. Sur le papier, tout semble parfaitement écrit pour que l'alternance des phases de jeu chasse définitivement l'impression désastreuse de répétition propre aux beat'em all.
Malheureusement, on ne passe que de courts instants à sillonner le ciel. Le plus clair de son temps, on se retrouve à pied à se frayer un chemin à travers des ennemis, d'abord par poignées inertes et esseulées, puis finalement en hordes nerveuses et imposantes.
C'est en trucidant que l'on devient "trucideur"

On dispose de 2 armes : le sabre laser et la force, grâce à laquelle on peut attirer vers soi les ennemis, ou au contraire, les envoyer balader. A l'issue de chaque mission, suivant des critères de temps, de style et de recherche d'objets, on gagne des points qui permettent d'acquérir et de développer des pouvoirs. Indépendamment de sa façon de jouer, la répartition se termine par l'augmentation, au choix, d'une caractéristique physique ou psychique de son personnage. Bien que léger, ce côté jeu de rôle permet de modeler son héros suivant ses propres aspirations, offensives ou défensives. Ce passage est doublement important : la difficulté du jeu dans les dernières missions nécessite une bonne utilisation des coups spéciaux et redonne de l'intérêt au titre.

Le bonheur, c'est de s'envoyer en l'air

Les phases terrestres malgré un graphisme emprunt à la BD, sont attachantes, mais ne sont pas du niveau de la console. On reste là dans un bon jeu GBA. Les combats aériens, par contre, sont mieux réalisés et plus agréables à jouer. Entièrement en 3D, on ne peut s'empêcher d'avoir une pensée émue pour Rogue Leader, même si nous sommes loin d'une réalisation semblable. Lasers, missiles et boucliers sont au rendez-vous, et l'on peut se lancer sans retenue dans des loopings et autres tonneaux. Un mode spécial permet d'ailleurs de rejouer ces missions une fois terminées le mode solo.
Les modes escarmouche et multijoueur, exclusivement aériens, offrent 8 cartes différentes, dont Tatooine et Hoth, ainsi que la possibilité de débloquer les vaisseaux mythiques tel que le faucon millenium. Il suffit alors de quelques affrontements, sous la baquette de John Williams, et l'on retrouve immédiatement le sourire.
Une sensation de frustration

Le jeu a-t-il développé pour la DS ? L'aventure solo s'avère répétitive. LA 3D isométrique souffre d'une certaine approximation. En effet, il faut se trouver en face des unités que l'on souhaite combattre pour être efficace. Si le début est facile d'accès, le nombre important d'ennemis à l'écran rend le tout confus et pénible. L'écran tactile est accessoire, et de toute façon, son utilisation dessert la jouabilité. Les phases de jeu aériennes relèvent singulièrement le niveau du jeu, et comme par hasard, ces missions sont absentes de la version GBA. C'est bien un 2 en 1 que nous avons entre les mains. Pour le même prix mieux vaut posséder la version DS.

Test réalisé par Mathias Lavorel

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux joueurs qui aiment casser du droïde à grande échelle, même si c'est un poil répétitif
- Aux fans peu regardant ou aux collectionneurs compulsifs de la série Star Wars
- A ceux qui veulent voir l'apparition de Dark Vador sans faire la queue devant le ciné


Vous aimerez ce jeu si vous avez aimé :
- Premier du genre sur la console