Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Splinter Cell Trilogy : Classics HD

Splinter Cell Trilogy : Classics HD

La série Splinter Cell soufflera sa dixième bougie l’an prochain. Mais avant cela, tous les nostalgiques de Sam Fisher vont pouvoir se replonger dans les trois premiers volets au format HD.
Novembre 2002. Le genre infiltration accueille Sam Fisher, nouvel agent secret made in Ubisoft qui vient jouer sur les plates-bandes de Solid Snake et de sa saga Metal Gear. Splinter Cell est né, révélant au passage un studio qui allait marquer la décennie : Ubisoft Montréal. Quatre opus ont été réalisés sur consoles d’ancienne génération, apportant chacun son lot d’évolutions. Ce sont les trois premiers que l’on retrouve dans une compilation à petit prix et en version remasterisée pour mieux coller à la haute définition qu’affiche la PlayStation 3.

3 pour le prix d’1/2
Splinter Cell, Splinter Cell Pandora Tomorrow et Splinter Cell Chaos Theory conservent leur scenario et leur gameplay d’origine mais gagnent en qualité graphique. A l’écran, Sam est plus finement modélisé, même si on n’observe pas une refonte complète de l’environnement qui l’entoure. L’interface par contre demeure toute aussi austère que dans sa présentation initiale, bien qu’elle ait évolué au fil des épisodes. Un petit ravalement de façade n’aurait pas été de trop. Aussi, il est dommage de constater une différence de qualité visuelle entre chaque épisode, Chaos Theory restant le portage le plus abouti en HD. Quoi qu’il en soit, les mécaniques de jeu étaient déjà bien rôdées pour l’époque. Le charme agit toujours.

Ombres et lumière

La richesse de Splinter Cell réside dans le savant équilibre entre infiltration et action, brillamment appuyé par une gestion des ombres et lumières ultra-efficace. Pour passer inaperçu, Sam doit se déplacer dans l’ombre, détruire les sources de lumière, les caméras de surveillance, éviter les patrouilles des gardes ou les attirer dans un guet-apens pour les neutraliser. L’emploi de la méthode forte est possible mais pénalisant, compte tenu du système de visée en vue épaule volontairement approximatif. Plus vous conservez l’arme en joue plus vos tirs gagnent en précision. Concrètement dans le feu de l’action, votre espérance de vie est d’autant plus réduite que le nombre de cibles engagées simultanément croît. L’intelligence artificielle ne fait aucun cadeau et présentait déjà en son temps des schémas d’actions et des comportements crédibles. Rester invisible et silencieux est le maître mot.

Plaisir solitaire

Si ce portage donne la possibilité à ceux qui n’ont pas vécu l’aventure Xbox de replonger dans les campagnes solo de cette trilogie mémorable, cela ne va pas sans quelques concessions. Par exemple, le multijoueur a été écarté du cahier des charges. On comprend ce choix (encore que…) d’un point de vue technique, on le regrette d’un point de vue nostalgique. Cette compilation HD reste en tout cas une bonne affaire, si tant est que vous êtes un fan de la série.

Test réalisé par Frédéric Pam.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux fans de Sam Fisher âgés de 18 ans et plus.
- A ceux qui aiment jouer dans le noir.
- Aux apprentis agents secrets qui ont raté leur concours d’entrée à la DGSE.
- A ceux qui n’ont pas eu le privilège de jouer aux versions originales sur Xbox.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Splinter Cell
- Splinter Cell Pandora Tomorrow
- Splinter Cell Chaos Theory