Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Sniper : Ghost Warrior 2

Sniper : Ghost Warrior 2

En dépit d’un premier opus pas franchement réussi, Sniper : Ghost Warrior signe pour un nouveau tour d’opérations. Le tireur d’élite a-t-il affûté ses talents ?
Incarner un soldat d’élite comme l’emblématique sniper, voici un programme réjouissant. Mais pour cela, faut-il encore offrir des missions à la hauteur du guerrier tant vanté. Au fil des trois actes d’un jeu qui nous entraîne de la jungle à la montagne en passant par les rues de Sarajevo, le joueur enchaîne les niveaux en couloir dans lesquels le moindre pas de côté conduit dans une paroi ou un mur. L’action se présente comme une suite d’événements plus ou moins prédéfinis, avec des soldats patrouillant gentiment de manière prévisible et des ennemis assez idiots pour se regrouper autour du cadavre d’un partenaire en attendant la mort aussi longtemps qu’il le faut. Parce que c’est prévu comme ça, et pas autrement. Trop souvent, le joueur est carrément pris par la main et doit exécuter les actions demandées sans trop réfléchir. Rarement on aura vu mécaniques de jeu aussi artificielles et surtout ne tolérant pas le moindre écart avec ce qui est prévu.T’avais de beaux yeux pourtant

Pourtant les premières dizaines de minutes semblaient ô combien agréables, grâce à un moteur graphique CryEngine 3 certes pas exploité à fond mais qui fait son petit effet. Mais aussi car repérer les ennemis et définir bien à l’abri qui va mourir en premier a quelque chose d’assez jouissif. Sauf qu’à la dixième situation identique, on ne se pose plus vraiment de questions. D’autant que la liberté de mouvement flirte avec le zéro absolu. Pourtant, en mode difficile, sans aucune assistance, descendre un adversaire à plus de 1000 mètres alors qu’on subit un bon vent de travers n’a rien de l’exercice facile. Mais l’intelligence artificielle improbable facilite le tir puisqu’elle ne bouge pas d’un millimètre quand les balles claquent à 2 cm de son mollet. A l’inverse, de près, elle se jette sur vous en tirant 500 cartouches, ce qui se traduit par une mort rapide, et souvent grotesque. Surtout quand on se demande comment diable elle nous a vu. Ce second titre de la franchise rate sa cible. Un comble pour un sniper.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 18 ans.
- A ceux qui jouent toujours la classe sniper dans les FPS.
- Aux joueurs patients qui réfléchissent d’abord et tirent ensuite.
- A ceux qui supportent les jeux bourrés de scripts bancales.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Sniper Elite V2
- Sniper : Ghost Warrior