Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Skate 2

Skate 2

Vaincu par K.O. en 2007, Tony Hawk a depuis déclaré forfait. Skate en profite pour prendre ses aises et jouir de sa notoriété toute neuve, mais il ne faudrait pas s’endormir sur ses lauriers.
Chassez le naturel, il revient au galop. Après avoir révolutionné le petit monde du skate virtuel avec sa prise en main novatrice, Skate tombe dans l’habituel travers des licences EA : la suite facile.

One more time

Inutile donc de se faire des illusions, le jeu n’a pas connu d’évolution majeure. Cela ne constitue pas franchement un problème au niveau du gameplay, qui demeure toujours précis, réaliste et efficace.


C’est avant tout en terme de confort de navigation que l’on apprécie les petits aménagements de Black Box. On peut ainsi se téléporter directement aux différentes épreuves réparties aux quatre coins de l’immense ville, ou à un marqueur que l’on a préalablement placé (comme dans Shaun White Snowboarding). Bien sûr, rien n’empêche de flâner tranquillement dans les différents quartiers pour explorer la cité reconstruite de San Vanelona, désormais peu tolérante avec les skateurs. Cela s’avère même nécessaire pour découvrir certains spots spécifiques.

Et hop, avec les mains

Parmi les nouveautés dignes de ce nom, on retient les déplacements à pieds, malheureusement handicapés par une maniabilité ignoble, les balades gratuites en s’accrochant aux voitures et la possibilité de positionner certains éléments. Il s’agit principalement de rampes, de barrières et de bancs, susceptibles de vous ouvrir de nouveaux lieux ou nécessaires à l’accomplissement d’épreuves. Vous pouvez ainsi échanger en ligne des spots aménagés (sur lesquels vous aurez tapé un gros score), mais on reste bien loin du puissant éditeur du dernier Tony Hawk.
.
Cette suite corrige aussi l’un des points faibles du premier titre : le contenu. Longues courses de descente, épreuves de grind, championnats de figures, duels d’imitations, courses-poursuites, plus grosses gamelles (avec un système d’Aftertouch à la Burnout) et bien sûr des défis photos sur des spots souvent surveillés par des vigiles adeptes du plaquage (vous pouvez heureusement louer les services de Big Black pour qu’il fasse le ménage)… Ni la quantité ni la variété ne font défaut à Skate 2.

L’enfer, c’est les autres

Cela étant dit, d’anciens défauts ressurgissent. Le rendu visuel n’a pas évolué et, hormis les excellentes animations, le résultat n’a rien de transcendant. L’ambiance caricaturale "tu déchires trop maaaaaaaan !" s’avère aussi pesante, malgré une bande-son qui dépote. Mais surtout, il y a… les autres. Ces insupportables piétons qui se baladent en plein milieu d’un skatepark lors d’une course ou se tiennent devant le gap que vous devez franchir. Ces satanés skateurs qui pourrissent régulièrement vos plus belles tentatives en empruntant le même élément que vous au même moment, qui vous "accrochent" et vous font dévier de votre trajectoire. En compétition, cela oscille entre le frustrant (lorsque 4 skateurs doivent grinder la même barrière), et le pathétique. Il suffit, après avoir établi un score, de se tenir immobile devant le premier obstacle d’une série pour voir les autres concurrents se heurter inlassablement sur votre personnage, incapables de prendre un chemin alternatif et donc de marquer des points. Ne vous y trompez pas, Skate 2 s’approprie aisément le titre de meilleur jeu de Skate du moment, et tout fan du genre résistera difficilement à la tentation, mais Black Box ne se foule pas trop.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 16 ans
- Aux fans de tricot… à roulette
- A ceux qui auraient loupé Skate

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Skate