Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

SimCity

SimCity

Des heures et des heures de constructions sans fin ! L’incontournable simulation de gestion de ville revient hanter vos nuits, avec un nouvel épisode aux ambitions toujours plus grandes.
Maxis offre enfin un nouveau SimCity aux amateurs de "city builders", 10 ans après le précédent volet. Le but n’a toujours pas changé : construire ses villes, et les voir devenir d’immenses métropoles peuplées de Sims heureux (ou presque).On retrouve le principe de zones résidentielles, commerciales et industrielles, à relier par des belles routes et à qui fournir les meilleurs services possibles, sans pour autant ruiner son budget : toujours aussi accrocheur. Mais bien évidemment, ce nouveau volet ne se limite pas à cela, loin de là.

Nos régions ont du talent
Comme dans SimCity 4, mais en légèrement différent, il faut penser la construction de ses villes par région. Chaque commune se trouve à l’intérieur d’une zone, avec plusieurs bourgades alentour. Dans ce périmètre, il est possible de gérer plusieurs cités, soit tout seul, soit avec d’autres joueurs en ligne, via un chat intégré. Pour motiver l’interdépendance, chaque agglomération ne dispose que d’un espace réduit pour s’étendre. Les Sims migrent d’eux-mêmes d’une ville à une autre, pour trouver les commerces, ou les écoles auxquelles ils n’ont pas accès à proximité. Du coup, la construction d’une onéreuse université, ou encore d’un ministère dans votre patelin facilite la vie de tout le monde dans la région. Pour s’amuser un maximum, mieux vaut donc spécialiser ses bourgades, dans un domaine d’économie dédié : fleuron industriel, capitale commerciale, ou encore paradis des casinos. Summum de la convergence : la construction d’un grand projet régional, qui nécessite de réunir ensemble suffisamment de fonds et de matières premières. On peut également offrir des ressources à ses voisins, afin de pallier leurs manques, ainsi que partager ses services (pompiers, éboueurs). Cette dernière action est récompensée financièrement, mais par l’ordinateur, pas par les autre joueurs. Ceux-ci n’ont, en plus, pas leur mot à dire, ce qui peut paraître étrange. Notez aussi qu’une partie des échanges s’est effectuée de manière un peu laborieuse, au moment de notre test en multi, avec quelques bugs, des latences et des petites incompréhensions. Comme souvent avec les jeux en ligne, les premiers joueurs devront essuyer les plâtres avant de profiter des corrections et des ajustements de rigueur. Notez, au passage qu’il faut être connecté en permanence à Internet pour jouer, via la plateforme Origin.

À la loupe

En parallèle à l’économie régionale, ce SimCity met aussi l’accent sur la micro-gestion. On peut améliorer chaque bâtiment de service et faciliter ainsi grandement la vie des citadins. L’espace restreint incite encore plus à cette optimisation maximale : parfois une petite retouche peut apporter énormément à l’agglomération, ce qui s’avère assez judicieux. En contrepartie, ce manque de place incite à bâtir des villes quadrillées à l’américaine, plus "efficaces" dans la logique du jeu. Même si le moteur permet de construire des routes courbes et sinueuses, on se rend vite compte que ce n’est pas ce qui marche le mieux et les terrains vallonnés sont difficiles à pratiquer. SimCity étant un titre extrêmement riche et complexe, il faudra pas mal tâtonner, y aller doucement au début et bien lire les indications au début avant de comprendre certains mécanismes. Pour aiguiller le joueur, les habitants invitent librement à des petites quêtes au fur et à mesure, qui font office de mini-tutoriels, avec des objectifs à remplir pour se faire de l’argent. Cela permet de découvrir des aspects du jeu qu’on n’aurait pas forcément soupçonnés. Ce qui est plutôt bien vu, même si ça ne suffit pas toujours. SimCity est donc un très bon jeu de gestion, complet et très addictif. Tout n’était pas encore parfait au moment où nous l’avons testé, mais nul doute que cela devrait être remis dans l’ordre très vite.

Test réalisé par Emmanuel Bahu-Leyser.

Avis de la rédaction

À qui s’adresse ce jeu ?
- Aux maires virtuels de plus de 12 ans qui veulent bâtir la cité de leur rêve.
- À tous les amateurs de jeux de gestion.
- Aux joueurs qui adorent trifouiller dans des menus complexes.
- Aux magnats du pétrole, aux commerciaux d’élite et aux rois des casinos.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Cities XL
- SimCity 4