Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Silent Hill : Homecoming

Silent Hill : Homecoming

Silent Hill. Deux mots qui suffisent à faire froid dans le dos de tous les joueurs qui se sont déjà aventurés dans la plus malsaine des bourgades de l’histoire du jeu vidéo. Fermez les volets, éteignez les lumières. La peur est de retour avec ce cinquième épisode baptisé Homecoming.
Silent Hill a fait les beaux jours des deux premières PlayStation en devenant une série référence de la flippe vidéo-ludique. Plus que des sursauts occasionnels, les Silent Hill ont toujours su offrir une ambiance oppressante, un stress de tous les instants et le sentiment permanent que vous serez la prochaine victime de la Grande Faucheuse dès que vous ouvrirez la porte qui est devant votre nez. Sans parler des personnages torturés ou suicidaires qui croisent votre route et des ennemis à vous glacer le sang (Pyramid Head en tête). A l’occasion de son arrivée sur les dernières consoles, la série essaye de se réinventer et pour la première fois, c’est un studio américain (Double Helix Games) qui a développé le jeu. Un pari risqué pour Konami, mais les petits nouveaux s’en sont plutôt bien sortis.Méfie-toi du brouillard Alex

Notre héros du jour, Alex Shepherd, débute son morbide périple attaché à un brancard au fin fond d’un hôpital lugubre au possible. Il y a plus confortable comme situation. Hanté par des visions de son petit frère Josh, il doit arpenter les rues de Silent Hill et de Shepherd’s Glen, sa ville natale, pour découvrir la vérité sur la disparition de son cher frangin. Tout de suite, l’évolution du gameplay saute aux yeux : Alex est beaucoup plus agile que les protagonistes des précédents Silent Hill, dans ses mouvements (il peut esquiver, faire des roulades) comme dans son maniement des différentes armes (c’est un ancien soldat).

Avec un couteau ou une hache d’incendie, Alex peut effectuer des enchaînements en alternant attaques légères et attaques puissantes tandis qu’avec une arme à feu, la caméra se décale légèrement sur la droite du héros et un viseur apparaît à l’écran. Les "Quick Time Event" font aussi leur apparition. Avec toutes ces nouveautés, les fans de la première heure pourraient crier à l’hérésie, mais tout est heureusement très bien implémenté et le jeu se prend en main en quelques minutes. Les affrontements sont du coup plus "réalistes" et dynamiques mais le sentiment de vulnérabilité qui émanait des héros des précédents Silent Hill (un élément central de l’ambiance si particulière de la série) prend malheureusement un peu de plomb dans l’aile.

Mon meilleur ami ? Mon pied de biche

On pourra aussi regretter que l’aventure manque de rythme par moments et que les ennemis apparaissent de façon plus prévisible qu’auparavant. Tout au long des 10 heures de l’aventure, les phases d’action alternent avec des passages où il ne se passe quasiment rien pendant bien trop longtemps. Le brouillard constant qui règne sur Silent Hill n’empêche pourtant pas de pouvoir toujours anticiper quand un ou plusieurs monstres vont débarquer. Toutefois, même si ces détails empêchent la peur d’être aussi forte que dans SH2 par exemple, l’envie d’avancer dans l’aventure reste la plus forte. Une aventure dont le scénario fait de nombreuses références au film de Christophe Gans, beaucoup plus qu’aux précédents jeux d’ailleurs. Evidemment, Homecoming ne serait pas un Silent Hill sans la bande-son magistrale et irréprochable du maître Yamaoka qui délivre une fois de plus un travail d’orfèvre, accentuant à merveille la tension accompagnant chacun de vos pas.

Au final, sans atteindre l’excellence de ses aïeux, et malgré un changement de studio de développement risqué, Silent Hill Homecoming est un bon survival horror mâtiné d’action, techniquement très correct, à la bande-son sublime et qui pose de belle façon les bases d’un renouveau de la série. Ce n’est déjà pas si mal…

Test réalisé par Romain Mabil.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux courageux de 18 ans et plus.
- A ceux qui apprécient l’ambiance si particulière de la "charmante" bourgade qu’est Silent Hill.
- A tous les amateurs de sensations fortes.

Vous aimerez ce jeu si vous avez aimé :
- Dead Space
- Alone in the Dark
- La saga Silent Hill sur PS1 et PS2.