Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Sengoku Basara : Samurai Heroes

Sengoku Basara : Samurai Heroes

Certains éditeurs font parfois des choix obscurs, comme celui de sortir un titre méconnu en plein milieu d’un tsunami de hits. Perdu dans la tourmente, Sengoku Basara a peu de chances d’accrocher votre regard.
Dans le jeu vidéo comme ailleurs, les détails peuvent faire toute la différence. Une évidence facilement oubliée que Sengoku Basara Samurai Heroes a l’obligeance de nous rappeler, à grand coup de lattes.

On connaît la chanson

Difficile lorsque l’on pose les yeux sur ce titre de ne pas le confondre avec une énième itération de Dynasty Warriors ou plus exactement Samurai Warriors puisque le contexte est celui du Japon médiéval. A l’écran, des dizaines de soldats se font violemment fesser par des héros surpuissants, parcourant de vastes champs de bataille à la recherche de généraux ennemis.C’est plutôt moche, cela semble particulièrement répétitif, pas inventif pour un sou, avec des doublages anglais ridicules. Bref, une collection de raisons pour lesquelles Dynasty Warriors s’est essoufflé. Pourtant, une fois la manette en main, Sengoku Basara offre des sensations de jeu bien différentes, nettement plus attirantes.

Rire et mourir

Le premier point fort de la série réside dans son ambiance. Capcom opte pour l’autodérision, détournant avec talent toute la grandiloquence dont se pare habituellement les jeux retranscrivant cette période historique. Certains héros ressemblent plus à des racailles qu’à des Samurais, d’autres portent un surplus d’armes ridicule, on croise des mini-guns, un couple débile qui ne pensent qu’à manger, des généraux excessivement maladroits, une armure volante, des soldats qui sortent de terre comme des taupes… C’est une collection de débilités qui confère aux missions et aux dialogues une dimension comique aussi rare qu’agréable. Le second point tient au gameplay. Bon, il ne faut pas se faire d’illusion, cela reste majoritairement du martelage de boutons avec en moyenne 800 ennemis défoncés pour accomplir une mission. Néanmoins, surtout si vous optez pour un niveau de difficulté élevé (fortement recommandé), le système de combat se révèle bien plus agréable et intéressant que celui de ses rivaux. Attaques faibles, fortes, chargées, spéciales, contre, rush, combat à cheval, mode Basara, les possibilités sont relativement nombreuses, spécifiques pour chacun des 16 héros et se développent constamment. L’expérience et les items collectés en combat permettent d’acquérir de nouvelles techniques, des armes spéciales dans lesquelles on enchâsse des runes fabriquées à partir de matières premières, et de renforcer les aptitudes d’un capitaine qui vous assiste sur le champs de bataille. Simple et appréciable.

Des détails…

On remarque aussi des efforts concernant les missions. Rien de transcendant dans l’absolu, puisqu’il s’agit comme d’habitude d’arpenter des forteresses en remontant un flot d’ennemis jusqu’à un point de contrôle qui, une fois occupé, coupe les renforts et permet à nos propres soldats de prendre l’avantage. Sengoku Basara se distinguent cependant en alignant des troupes plus variées qu’à l’accoutumé via des unités spéciales délirantes (soldats-taupes, magiciens, Gatling, etc.), parfois des pièges ou des mécaniques (barrages provoquant des inondations, bateau à protéger, brouillard). Il y a définitivement là de quoi s’amuser pour les fans du genre, surtout via le mode Ecran divisé, mais seulement pour eux.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 16 ans
- A ceux qui aiment balayer 50 adversaires d’un coup de lance.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Dynasty Warriors Strikeforce