Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Scribblenauts : Unlimited

Scribblenauts : Unlimited

Préparez vos plus jolis mots, Scribblenauts : Unlimited revient sur 3DS. Astucieux et moins restrictif que ses prédécesseurs, le titre de 5th Cell traîne encore quelques imperfections.
Scribblenauts : Unlimited propose de jouer une nouvelle fois avec les mots. Vous possédez un calepin magique, qui a le pouvoir de faire apparaître à l’écran ce que vous écrivez. Vous pouvez, en prime, définir ce que vous créez par des adjectifs. En tapant "petit cochon bleu", par exemple, vous obtenez un porcelet azuré avec lequel il est ensuite possible d’interagir de façon assez poussée (chevaucher, dorloter, combiner...). Le but du jeu est de résoudre les problèmes des personnes que vous croisez, dans les dizaines de niveaux proposés. Vous vous retrouvez, par exemple, à taper "chips", ou "cacahuètes", pour combler la faim d’un badaud, aux prises avec distributeur automatique en panne. Vous recevez en récompense des Starlites, qui vous permettent de débloquer d’autres stages, et ainsi de suite.Moins strict
Le concept du jeu, en soi, est ingénieux. Un peu plus de libertés sont laissées au joueur, par rapport aux précédents volets, pour trouver des solutions aux énigmes. Mais on est encore parfois obligé de deviner ce qu’ont voulu les développeurs, ce qui n’est pas toujours évident – des astuces sont toutefois proposées. Le choix des mots recevables s’est vu élargi, mais reste discutable. L’adjectif "rigolo", n’est pas dans le répertoire, par exemple, alors que l’on peut trouver des éléments chimiques super pointus, tel que "l’ununseptium". Bizarre. Sachez aussi que cette mouture 3DS de Scribblenauts : Unlimited se voit allégée par rapport à la version Wii U. La reconnaissance de l’écriture manuscrite a été retirée (clavier tactile uniquement), tout comme le mode multijoueur, ou encore la conception d’objets.

Enfantin, mais bien armé
Comme ses prédécesseurs, Scribblenauts : Unlimited se dote d’un design, de musiques et d’un ton tous très enfantins. On lui trouve même un côté presque éducatif, qui pourrait convenir à un bambin en âge d’écrire. Mais paradoxalement, la quantité d’armes que l’on peut produire à l’aide du calepin est étonnante : katana, kalachnikov, bazooka, tank, bombe atomique... Tout reste mignon et on ne voit jamais une goutte de sang (mot qui n’est d’ailleurs pas présent dans le répertoire), ni quoi que ce soit d’un tant soit peu choquant à l’écran. Mais, à cause de sa grosse artillerie, le jeu se retrouve affublé d’un PEGI 12+ un peu sévère, qui détonne vraiment par rapport à l’ambiance cour de récré. Du coup, on ne sait pas vraiment à qui conseiller le soft, un peu gamin pour les ados et compliqué à appréhender pour un enfant en âge d’écrire, sans la supervision d’un adulte. Reste que l’idée de base est toujours intelligente et originale. Mais après plusieurs épisodes, on est en droit d’attendre un résultat mieux fini.

Test réalisé par Emmanuel Bahu-Leyser.

Avis de la rédaction

À qui s’adresse ce jeu ?
- Aux jeunes joueurs créatifs, de plus de 12 ans, selon l’indication PEGI
- À ceux qui pensent que les mots sont capables de tout
- Aux fans de la série et ceux qui aiment les concepts originaux

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Scribblenauts sur DS
- Drawn to Life sur DS