Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Rome Total War

Rome Total War

Chaque nouveau Total War se pose en référence du wargame et du jeu de stratégie. Après un Shogun qui fut une bonne surprise et un très bon Medieval, Rome Total War vise la perfection. Pas facile.
La série des Total War nous propose à chaque épisode sa formule mêlant gestion d'Empire et affrontements sur le champ de bataille. Rome : Total War ne déroge pas à la règle. Ce nouvel opus va même encore plus loin que son prédécesseur, Medieval : Total War. Une nouvelle référence en matière de jeu de stratégie/gestion est née.

Combats à la carte

Rome : Total War propose différents types d'affrontements. On trouve les batailles historiques, reprenant de véritables engagements de l'antiquité, et des batailles personnalisées. Dans ces dernières, vous choisissez les camps, unités et lieux d'affrontement.
Ces modes sont également jouables en multijoueur, de 2 à 6 selon les cas. Mais le cœur du jeu est, comme toujours, son mode campagne. Après un didacticiel obligatoire mais efficace, à vous les commandes. Il fait office de mini-campagne et se limite à l'Italie. La campagne impériale, elle, couvre l'Europe, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient.
Guerre de civilisations

Lors de votre première partie, vous jouerez obligatoirement avec une faction romaine. La République se divise entre Rome et sa région, domaine du Sénat à qui il faudra plaire (tout comme au peuple de Rome), et entre les Scipii, Julii et Brutii. Ces trois familles sont unies face aux ennemis communs de Rome et obéissent au Sénat. Jusqu'à ce qu'une plus puissante que les autres prenne le pouvoir et instaure l'Empire... Une fois la campagne romaine gagnée, à vous les autres factions. Une douzaine sont jouables, dont les Grecs, les Egyptiens, les Carthaginois, différentes peuplades "barbares" tels les Gaulois, etc. Chacune ont leurs unités et arbres technologiques. Les factions romaines sont les plus intéressantes à cause des liens avec le Sénat. Celui-ci vous confiera des missions. Les remplir, c'est s'assurer ses faveurs.

Plus de stratégie, plus de gestion

La carte du monde passe de la 2D à la 3D. Elle apporte son lot de modifications dans la mesure où une armée située dans une province ne procure pas le contrôle de la province. Le jeu se recentre sur la gestion des villes tandis que les territoires pourront être traversées par des armées ennemies qui s'éviteront ou manœuvreront pour se rencontrer à un endroit plus favorable à l'une d'elle (tel un guet). La phase de combat (la partie "stratégie temps réel" du jeu) ne s'enclenche qu'en cas de rencontre directe. Une armée victorieuse pourra ainsi progresser plusieurs fois. On pourra aussi se cacher en forêt sur la carte stratégique, tendant une embuscade à toute force ennemie traversant la zone. Lors de la phase action, l'armée surprise sera en colonne et subira l'assaut de l'armée embusquée. Vos villes vous demanderont également de gérer la croissance démographique. Inutile d'être riche sans citoyens.
Il faut en effet que votre population franchisse un certain seuil pour vous donner accès à de nouveaux bâtiments. S'ajoutent des fonctions moins importantes mais intéressantes, comme la désignation d'un héritier, l'arbre généalogique et des courbes comparant votre puissance militaire et économique à celle des autres factions.
Des défauts ?

On notera un petit bug récurrent faisant que parfois votre famille ne fait plus d'enfants. D'où problème pour la succession. Soulignons également l'inutilité des combats maritimes (automatiques) et la nullité de l'ordinateur à peine capable de forcer un blocus naval. Pour le reste, Rome : Total War est un morceau de choix dans le monde du wargame. Probablement le meilleur Total War !

Test réalisé par Arnaud "César" Papeguay

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux fans de stratégie, de guerre totale et de gestion d'Empire
- Aux ceux qui se prennent pour César et ont des tendances mégalos
- Aux joueurs amateurs d'histoire et de réalisme


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Medieval : Total War