Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Ridge Racer 6

Ridge Racer 6

Il aura fallu attendre plus de 5 ans pour voir réapparaître Ridge Racer sur console de salon. Après la déconvenue de la PlayStation 2, les fans plaçaient tous leurs espoirs dans cette mouture nouvelle génération, je dis bien "plaçaient"...
Force est de constater que Namco ne s’est pas attaché à effectuer une refonte globale de son titre à succès des années 90. Si à l’époque le concept était séduisant, l’évolution du genre course / arcade propose désormais des éléments de gameplay originaux et novateurs et des hits tels que Project Gotham Racing 3, Need for Speed Most Wanted et la série des Burnout font partie des références incontournables. Avec Ridge Racer 6, on a plus le sentiment de rester dans le passé que d’aller de l’avant.

La nostalgie Ridge Racer

Si comme moi vous avez dépensé des sommes inavouables dans les bornes d’arcade Ridge Racer, vous savez de quoi il retourne quand il s’agit d’en découdre sur piste avec les bolides de Namco. La glisse, rien que la glisse, et pour être branché on parlera de courses de drift. Une discipline très prisée au Japon avec des compétitions officielles et des voitures au look ravageur. C’est dans cet esprit que l’on aborde Ridge Racer 6 si on ne veut pas être déçu par l’aspect obsolète de la jouabilité. En effet, les modèles de conduite n’ont rien de transcendant, laissant la part belle à l’arcade, mais beaucoup trop simplistes pour accrocher les joueurs confirmés. Deux valeurs déterminent le comportement de votre bolide : la vitesse maxi et le type de dérapage.
Sorti de cela, aucune gestion des dégâts, un système de collisions datant de Mathusalem et une intelligence artificielle réduite à sa plus simple expression. On a du mal à croire qu’on se trouve sur Xbox 360. Ah si, au niveau du graphisme.
Joli et jouable à la fois ?

On peut reconnaître une qualité graphique certaine au jeu. Les environnements 3D affichent profondeur et détails. La modélisation des voitures fait penser aux bolides des compétitions GT et touring car, les licences officielles en moins. Par contre, il ne faut pas s’attendre à une révolution point de vue bruitages. Les sonorités alternent entre mixeur et tondeuse à gazon, et la voix off qui commente nos exploits en direct, et en anglais, à vite fait d’énerver. A noter l’utilisation de la nitro dans cet opus, la jauge se remplissant à mesure que l’on dérape sur la piste. Un principe qui n’a qu’un intérêt limité par rapport à des titres comme Burnout ou Need for Speed mais qui a le mérite d’exister.

Des efforts sur le contenu

La première déception passée, et après avoir fait le deuil d’un développement next-gen digne de ce nom, il faut reconnaître que les développeurs ont soigné le contenu.
On comptabilise plus d’une centaine de voitures à débloquer et une trentaine de circuits à parcourir de jour comme de nuit. Le mode eXplorateur offre la possibilité de déverrouiller les différentes zones et modes de jeu comme bon nous semble, en organisant à la carte ses courses.
Une particularité intéressante. Les pilotes peuvent également s’affronter à deux sur écran partagé et jusqu’à 14 sur Xbox Live. Par ailleurs, ceux d’entre vous qui veulent montrer au monde entier qui est le boss importeront leurs chronos et leurs "fantômes" sur le Live, et pourront télécharger ceux des autres. Ridge Racer 6 pèche par son gameplay totalement dépassé mais pourrait séduire les nostalgiques de la série, et uniquement les nostalgiques.

Test réalisé par Frédéric Pam.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux nostalgiques
- A ceux qui aiment les gameplay archaïques
- Aux pilotes qui préfèrent se mettre en travers


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Ridge Racer V sur PlayStation 2