Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Red Faction : Armageddon

Red Faction : Armageddon

Red Faction est l’une des rares séries de FPS qui se réinvente presque complètement à chaque fois. Pour preuve, cet épisode Armageddon aux antipodes de son prédécesseur sorti il y a deux ans.
Dans ce nouveau Red Faction, vous incarnez Darius Mason, petit-fils du héros du précédent opus. Après avoir échoué dans sa quête de sauvetage du terraformeur des mains du méchant terroriste Adam Hale, Mars a été presque entièrement ravagée. Darius s’en veut et erre pendant des années de mission en mission en espérant trouver le chemin de la rédemption. C’est d’ailleurs lors de l’une d’entre elles que tout va s’emballer et qu’il va entamer la longue aventure qui le met de nouveau aux prises avec son meilleur ennemi, Hale, toujours partant quand il s’agit de tout faire péter…

Couloir, mon beau couloir
Dès le premier niveau, on découvre ce qui va être l’ADN du jeu pendant les huit heures du mode solo : une suite de couloirs débordant de bestioles belliqueuses surgissant des quatre coins de l’écran, et où une grande partie de l’environnement est destructible. Et par grande partie, on entend qu’il est vraiment possible de faire exploser des tours ou des buildings entiers grâce à son fusil magnétique par exemple. En attachant un "aimant" sur le bâtiment en question et un autre à distance respectable, vous pouvez voir la structure se désintégrer sous vos yeux dans un fracas de béton et d’étincelles fort agréable à reluquer. Les développeurs de Volition ont mis le paquet sur l’interactivité avec le décor pour masquer la grande linéarité de l’aventure et la répétitivité évidente d’un gameplay un peu vieillot, qui fait toutefois son petit effet. Celui-ci fait preuve d’un grand classicisme avec une action très "en avant toute", des tonnes de bestioles dopées aux stéroïdes qui n’hésitent pas à se montrer très agressives façon Dead Space et des phases de répit jamais très longues avant qu’une prochaine vague ne pointe le bout de son museau d’alien.

Détruire pour tout reconstruire

Red Faction : Armageddon est donc à l’opposé total des grands espaces lunaires de Guerrilla. Mais la plupart du temps, le manque de liberté et la platitude du level design sont plutôt bien masqués par le moteur GeoMod qui gère les innombrables destructions et explosions du jeu. Des décors que vous pouvez reconstruire vous-même grâce à l’utilisation de la NanoForge, votre meilleure amie dans le jeu. Armageddon aurait pu se démarquer par un niveau technique largement au-dessus de la moyenne, mais il n’en est rien. Le moteur graphique a deux bonnes années dans les pattes et ça se voit. On aurait aussi apprécié que l’aventure nous soit contée de façon un peu moins mécanique au travers de cinématiques sans âme dans lesquelles notre sympathique ami Darius a bien du mal à dégager un quelconque charisme. Il faut par contre souligner la présence de modes multi sympathiques jouables à 4 avec une mention spéciale pour Infestation, où vous devez résister à des vagues toujours plus énormes d’ennemis en tous genres. Red Faction : Armageddon n’est pas original, mais reste un FPS assez efficace. C’est sûr, il est linéaire et bien bourrin, mais on parcourt tout de même le mode histoire avec plaisir. Après c’est sûr que si vous ne deviez acheter qu’un seul FPS, il existe déjà beaucoup mieux…

Test réalisé par Romain Mabil.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux bourrins de 18 ans et plus
- Aux amoureux d’armes de destruction massive
- A ceux qui apprécient le jeu auxquels on peut jouer en débranchant le cerveau

Vous aimerez ce jeu si vous avez aimé :
- Red Faction: Guerrilla
- Dead Space 2, pour le côté suite de couloirs bien sombres d’où surgissent bestioles visqueuses en tous genres.