Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

RAGE

RAGE

Face à un astéroïde géant que même Bruce Willis ne peut détourner, stocker une poignée d’élus dans des arches pour faire renaître la civilisation semblait une bonne idée. Dommage que ceux qui ont pris le pouvoir pendant votre sommeil ne partagent pas cet avis.
A qualité égale, mieux vaut une bonne surprise qu’une petite déception. Cette remarque s’applique tout particulièrement à RAGE qui, après un premier contact enthousiasmant, suscite quelques désillusions dans sa version test.

Des crocs et de griffes

Ne vous méprenez pas, l’univers post-apocalyptique imaginé par id Software regorge de qualités, à commencer par sa représentation. Sans rivaliser avec les cadors du moment en terme de rendu, RAGE bénéficie de graphismes vraiment très agréables, de personnages magnifiquement modélisés, d’effets visuels particulièrement réussis et le tout avec une fluidité absolument irréprochable. Les différentes zones distillent des atmosphères variées que le doublage français, une fois n’est pas coutume, vient renforcer.Les combats s’avèrent aussi très agréables grâce à un arsenal qui s’étoffe de façon régulière, que ce soit avec de nouvelles armes (fusil à pompe, mitrailleuse, boomerang tranchant, lance-roquette, arbalète, etc.), différents types de munitions ou divers gadgets. Voiture téléguidée explosive, tourelle automatique, robot "garde du corps", grenades, autant d’éléments qui ajoutent un côté tactique intéressant à des affrontements déjà rendus jouissifs par le feeling que procure les armes. Néanmoins, encore faut-il les fabriquer.

Mad Max, sort de ce corps

Pour la première fois, id sort du schéma figé des Doom et autres Quake. Le monde s’organise autour d’un hub que l’on parcourt en voiture pour se rendre en ville ou dans des zones de missions. On discute avec des civils, on dépense son argent dans les magasins, on éradique les bandits arpentant les routes, on assure quelques missions de protections, on s’amuse sur des jeux de cartes ou de musiques, on participe à des courses et bien sûr, on ramasse des tonnes d’accessoires servant à construire ses fameux gadgets. Cet enrobage confère au jeu une véritable identité, une vie propre qui favorise l’immersion mais suscite aussi des attentes, sans doute renforcées par les similitudes avec Fallout et Borderlands. L’impression de se lancer dans une grande aventure, l’espoir que la ville de Wellspring soit la première étape d’un long périple se révèlent malheureusement vains. RAGE est un jeu à la narration passable dont la durée de vie est plus proche des dix heures (au niveau de difficulté normal) que de la vingtaine suggérée par les développeurs. Conventionnel pour un FPS me direz-vous, mais rares sont ceux qui vous obligent à refaire deux fois chaque niveau.

L’effet Pasteur

Autre source de déception : les courses. Les sensations de conduites sont sympas tout comme les possibilités de customisation de son bolide (armes, blindages, décoration) mais une fois le schéma des épreuves assimilé, il n’y a plus aucun challenge. Et puis id conserve cette mauvaise habitude d’aligner des zones de combat excessivement confinées (il est rare de pouvoir contourner ses adversaires) où les caisses et les chaises ne bronchent pas devant un tir de roquette. Tout cela n’empêche pas de passer un très bon moment sur RAGE, de se laisser happer par cet univers décadent et de pulvériser du mutant avec plaisir mais on y voit plus les bases prometteuses d’une série que le monument escompté après 7 ans de gestation.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 18 ans.
- Aux nostalgiques de Mad Max.
- Aux fidèles d’id Software.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Borderlands