Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Pirates des Caraïbes, Jusqu'au Bout du Monde

Pirates des Caraïbes, Jusqu'au Bout du Monde

Après les salles obscures, cap sur votre poste de télévision où se joue la suite des aventures de Jack Sparrow. C’est avec le pad de votre PS2 à la main que vous allez poursuivre l’épopée. Mais le joueur risque bien de préférer se cantonner au souvenir du film…
Premier constat en lançant cette version PS2 après avoir testé l’opus Xbox 360 : les deux jeux n’ont rien à voir. Niveaux et gameplay n’ont pas le même design. Repartons donc pour un tour d’horizon des Caraïbes à la sauce "ancienne" génération.

Les joies du coupe-coupe

A l’instar du volet précédent, Pirates des Caraïbes : Jusqu’au bout du monde se présente sous la forme d’un titre qui fait la part belle aux bastons. A travers des niveaux où vous devrez actionner divers mécanismes (portes, grilles, etc.) pour progresser, chaque salle et zone comporte ses ennemis à tanner. Mais sur PS2, point de rotation de caméra possible avec le stick droit : vous avancer de manière très dirigiste.
Jusqu’ici, c’est comme sur Xbox 360, combat à mains nues exceptés puisqu’il n’y en a pas. A l’inverse, les phases d’action sous forme de cinématiques au cours desquelles vous devez presser certains boutons pour réussir ont une place prépondérante sur PS2. Que ce soit lors de combats, de "shows" de l’excentrique capitaine ou pour éviter des pièges, ces phases débordent d’humour.
Votre inventaire comprend également de quoi vous soigner et des armes à distance récoltées au fil du jeu (bombes, couteaux de lancé et pistolet). L’utilisation de ces dernières restent malheureusement très anecdotique.Jack, stylé ou nigaud ?

Etrangement, les combats "paraissent" (notez les guillemets) plus dynamiques que sur Xbox 360 et les combos "semblent" avoir plus de patate. Au début, on se dit : "chouette !" Et rapidement, au bout de quelques minutes, on se rend compte que le gameplay n’en ait pas pour autant meilleur. Ca manque de précision, le rythme s’avère saccadé et au final, c’est même encore moins agréable tant on se bat avec les contrôles face aux ennemis les plus balaises. Et surtout, on découvre vite que les combos sont très limités et semblables d’un héros du film à l’autre. Bref qu’en fait le système de combat est loin d’égaler les concurrents du genre.

Les animations demeurent également très perfectibles. Et à l’instar de la Xbox 360, les cinématiques nous démolissent Jack Sparrow. A vouloir singer sans talent les mimiques tordantes du personnage planté par Johnny Depp, cela en devient grotesque. Johnny, pardonne-les (bis).

Les Caraïbes atteintes de morosité

La réalisation graphique reste très moyenne, avec un traitement inégal des zones. Mais quand on sort d’un God of War II, difficile de ne pas être déçu. Les décors manquent globalement de détails, avec des textures austères.A signaler également que, sur PS2, les phases acrobatiques ont perdu leur place, de même que les duels (et pour ces derniers, ce n’est pas un mal tellement ils étaient lourds sur Xbox 360). Cette version propose donc un soft plus classique dont l’élément essentiel est la baston.

Au final, si le soft n’est pas totalement mauvais, il ne fait que grossir le rang des licences cinématographiques… parmi d’autres.

Test réalisé par Arnaud Papeguay, qui aime le rhum mais n’est pas pirate.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux pirates d’au moins 12 ans.
- Aux joueurs débutants comme confirmés.
- A ceux qui adorent tellement le film qu’ils veulent absolument le jeu.
- Aux joueurs qui aiment le rhum.


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Pirates des Caraïbes 2 : La Légende de Jack Sparrow