Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Ninja Gaiden 3 : Razor's Edge

Ninja Gaiden 3 : Razor's Edge

Plus qu’une simple conversion, Razor’s Edge représente pour le catastrophique Ninja Gaiden 3 une seconde chance, guidée par les réactions des fans, du moins en théorie. Le studio Team Ninja fait-il amende honorable ?
En deux épisodes, Ninja Gaiden s’est forgé une réputation de beat’em all technique et exigeant, mais le dernier opus sorti sur PS3 et Xbox 360 a littéralement saccagé ce précieux héritage. Un affront que ses développeurs tentent de laver en offrant une version revue et corrigée… en partie.

Monsieur plus

Car si les efforts de la Team Ninja sont notables, ils s’accompagnent presque toujours d’un bémol. Prenons le cas du personnage supplémentaire Ayane qui dispose de ses propres séquences (Momiji, elle, n’est jouable qu’en défi).Sympathique dans le principe comme dans l’exécution, sauf que l’on affronte une fois de plus les mêmes ennemis (déjà vus, revus et re-revus) dans des séquences pas franchement originales. L’arsenal, précédemment limité à une épée et une invocation, s’enrichit du pack d’armes (bâton, griffe, double lame.) sorti en téléchargement payant et de Ninpo supplémentaires, le tout avec un système d’améliorations. Bonne nouvelle en soi, si ce n’est que les mécaniques de combat n’intègrent aucun système de vulnérabilité particulier. Le démembrement fait aussi son grand retour et l’on sent poindre une lueur d’espoir lorsque les ennemis, privés d’un appendice, jouent les kamikazes. Malheureusement, les arènes étriquées limitent l’intérêt tactique qu’il y avait dans Ninja Gaiden 2, à ralentir certains de ses poursuivants. Quant aux phases ridicules où Ryu, terrassé par une malédiction, se trainait comme un escargot asthmatique en découpant tout ce qui bouge, elles sont remplacées par une séquence de combat moins laborieuse (ouf !) mais complètement banale. Bref, bien qu’il s’agisse de gestes dans la bonne direction, on reste dans le rafistolage et surtout dans le superficiel.

Hors-champ

Car les problèmes de fond de NG3, eux, demeurent omniprésents et gangrènent l’expérience. Sur le banc des accusés, la caméra absolument honteuse, mal cadrée, incapable de suivre les ennemis (voire dans certains cas les héros), pivotant de façon erratique et modifiant du coup la direction de vos déplacements sans prévenir. Et n’oublions pas ses complices, j’ai nommé Ciblage Pourri et Direction Rigide. L’un vous balance sur un ennemi que vous ne vouliez pas frapper et l’autre vous empêche, en plein milieu d’un combo, de réorienter les coups. En fait, on a bien souvent l’impression de ne pas contrôler son personnage, de ne pas comprendre pourquoi parfois on tranche "jusqu’à l’os" deux ennemis d’affilée, alors que dans un autre cas, il faudra quarante-douze attaques pour en venir à bout.

Une autre fois peut-être

Pour ne rien arranger, sorti des héros agréables à l’œil, le jeu n’est ni très beau, ni très inspiré sur ses environnements. Les décors sont indestructibles, avec en prime quelques barrières invisibles pour mieux vous surprendre lorsque vous pensiez avoir la place d’esquiver. Et puis il y a l’application systématique du "deux poids, deux mesures" avec par exemple ces missiles dont l’explosion vous arrache mais n’affecte pas les ennemis (ça vaut aussi pour les tourelles, les grenades, etc.). Autant d’aberrations, d’approximations qui ressortent avec le niveau de difficulté revu à la hausse. Même s’il reste impressionnant en action, même s’il y a de la matière, même s’il y a quelques passages amusants, Ninja Gaiden 3 : Razor’s Edge n’est pas à la hauteur de ses ainés et le multijoueur anecdotique n’y change rien.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 18 ans.
- A ceux qui veulent un beat’em all sur Wii U.
- A ceux qui ont vraiment aimé NG3.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Ninja Gaiden 3 sur autres consoles.