Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Neverwinter Nights

Neverwinter Nights

Neverwinter Nights aura fait attendre les amateurs de jeux de rôles pendant de près de 5 ans. Enfin disponible en français, le denier né de BioWare offre-t-il la révolution promise ?
Soyons honnêtes avec vous : nous n'avons pas attendu de recevoir la version française de Neverwinter Nights pour nous user les yeux dessus. L'arrivée un peu tardive de cette traduction a cependant permis à l'éditeur de bichonner la VF , résultat, même les plus réfractaires à l'anglais vont pouvoir goûter aux joies du jeu de rôle le plus attendu de ces cinq dernières années. A tort ou à raison ? On y vient...

Un jeu à personnalités multiples

Neverwinter Nights n'est pas tout à fait un jeu de rôle comme les autres. Certes il s'appuie sur les règles de la troisième édition d'AD&D. C'est vrai aussi qu'il vient de chez BioWare, référence du genre grâce à la saga des Baldur's Gate. Une vaste campagne solo est là pour le prouver.
Mais son originalité est ailleurs : c'est le premier (oublions l'expérience Vampire) à proposer un ensemble d'outils permettant aux joueurs de créer leurs propres scénarios pour les faires jouer à d'autres, via Internet ou réseau local. Le rêve du maître de jeu virtuel. Mais procédons par ordre...
Une peste peut en cacher une autre

Parlons un peu du jeu "solo" (notez les guillemets, on y reviendra). Au menu, une aventure qui commence dans la ville de Padhiver et qui emmènera votre héros à la découverte de la Côte des Epées et de ses environs. Ce serait idiot de vous en dire trop sur l'histoire mais faites confiance à BioWare, ces gars connaissent leur boulot et l'histoire prend vite une ampleur inattendue. Graphiquement - même si le moteur n'a rien de bouleversant -, l'arrivée de la 3D s'est faite en douceur , l'ambiance y gagne grandement et on se sent largement plus libre. Coté gameplay enfin, c'est du bonheur pour le rôliste : respect global des règles d'AD&D 3e Ed., pas loin de 200 sorts et autant de monstres, 7 races, entre 60 et 100 heures de jeu , tout ça soutenu par une interface bien pensée. Même sans connexion à quoi que ce soit, NWN a déjà ce qu'il faut pour vous occuper un moment. Notez quand même que cette quête "solo" peut être effectuée en coopération avec d'autres joueurs pour peu que vous disposiez d'un accès à Internet ou à un réseau local.

La création selon BioWare

Second aspect essentiel de NWN : les différents outils qu'il propose aux créateurs et maîtres de jeu en puissance. Disposant d'un éditeur élaboré, le jeu semble promettre à tout le monde la possibilité de créer ses propres scénarios. Si une simplicité d'emploi nous force à reconnaître qu'on peut rapidement créer une aventure de base avec monstres, PNJs, trésors et environnements détaillées, il n'en reste pas moins que ce premier niveau à ses limites. Pour les créateurs ambitieux, l'utilisation du script - plus complexe - devient vite une nécessité.
De sérieux efforts en perspective pour les débutants mais au final, la souplesse et la richesse de l'éditeur permettent de faire presque ce qu'on veut. Le site officiel recense déjà plus de 1 000 scénarios à télécharger, tous faits par des indépendants. On espère que les modules en français vont se multiplier aussi vite !
Enfin le maître !

Il ne reste qu'à vous parler de l'outil permettant d'exploiter tous ces scénarios. Tout comme le "JdR classique", NWN vous offre la possibilité de faire jouer vos créations à vos amis en vous confiant le rôle de "Maître du Donjon". Jusqu'à 64 joueurs peuvent ainsi vivre l'aventure que vous leur avez concoctée et dans laquelle vous pourrez intervenir en live grâce à de nombreuses fonctions : possession de PNJs, création d'objets ou de monstres à la volée, distribution de points d'expérience, accès à la plupart des paramètres de votre scénario, etc.

"Qui aime bien..."

Pour faire bref, nous n'avons que quelques regrets à formuler. En premier lieu, la taille de l'équipe dans la campagne solo nous a semblé limitatrice : un seul compagnon plus une éventuelle créature invoquée, on est loin des subtiles combinaisons de classes d'une équipe de Baldur's. Autres critiques en vrac : le coté un peu "Diablo" que prennent parfois les combats, certains problèmes de pathfinding et l'impossibilité de prendre une partie on-line en cours sans saouler les autres joueurs pour savoir où on en est. Un journal mieux pensé aurait été le bienvenu pour contourner ce problème. Mais ne vous y trompez pas : malgré ces quelques problèmes, Neverwinter Nights est un grand jeu de rôle. L'amateur du genre peut difficilement se permettre de passer à côté.

Test réalisé par Guillaume Pan'.

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux rôlistes
- A ceux qui veulent créer des univers
- Aux maîtres de jeu virtuels
- A ceux qui s'y connaissent


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Baldur's Gate I et II
- Icewind Dale
- Vampire