Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

NeverWinter Nights 2

NeverWinter Nights 2

Petit monument du jeu de rôle, Neverwinter Nights s’offre enfin une suite que les "gamers" attendaient depuis longtemps. Leur patience aura-t-elle été récompensée ?
Quatre ans se sont écoulés depuis la sortie de Neverwinter Nights. Pour cette suite, BioWare a confié le développement à Obsidian Entertainment comme ce fut le cas pour KOTOR II. Ne vous attendez donc pas à de gros bouleversements mais plutôt à un soft s’appuyant sur les bases solides mises en place par son prédécesseur.

On commence avec du lourd

Comme dans tout jeu de rôle, vous devrez créer votre personnage. Là c’est la baffe : un vaste choix de races et de sous-races s’offre à vous. Tout ce qui a été conçu dans les extensions de Neverwinter Nights est ici condensé. Et plus encore ! Si les options de personnalisation du look du héros sont à 1000 lieues de ce qu’offre Oblivion, au niveau des professions vous avez de quoi devenir fou ! Pléthores de lanceurs de sorts, de combattants et de roublards sont proposés. Sans parler des professions illustres que vous devrez débloquer en faisant progresser votre avatar selon un certain schéma, en développant des facultés ciblées.
Bref, les fans de Donjons et Dragons seront comblés devant une liste sans fin de caractéristiques, de compétences et autres "dons" que vous devrez choisir au fil de l’évolution de votre avatar. A moins de laisser faire l’ordinateur…

Livré en kit

Comme l’opus précédent, Neverwinter Nights 2 est fourni avec son éditeur de niveaux. Cette fois encore plus complet, il permet au programmeur en herbe et "game master" acharné de créer ses donjons pour des aventures tant solo que multijoueurs. Cependant, il y a bien une campagne "officielle" présente dans le titre. Jouable de 1 à 4 joueurs, elle offre une longue aventure qui vous permettra de monter un premier personnage (que vous pourrez ensuite exporter vers le multijoueur pourvu que votre hôte l’autorise). Mais si l’aventure principale reste agréable à suivre et permet 40 heures de jeu, il faut avouer qu’elle ne casse pas la baraque. On retrouve un héros au passé obscur dont le village est attaqué par des monstres en quête d’un mystérieux artefact. Elle est surtout bien linéaire et même les phases de dialogue vous conduisent inévitablement vers une direction précise.

Gameplay or not gameplay ?

Le jeu propose de nombreuses caméras pour voir l’action. Etrangement, je ne me suis senti vraiment à l’aise avec aucune. Ajoutez quelques problèmes de "pathfinding" et les déplacements peuvent se révéler pénibles. Histoire de ternir le tableau, on peut dire qu’on a hâte de voir fleurir nombre de modules multijoueurs avec de vrais joueurs à nos côtés tant l’IA brille par sa débilité. Là où Neverwinter Nights ne proposait qu’un coéquipier, sa suite nous en colle jusqu’à quatre. Hélas… Entre le guerrier qui part taper un monstre à 200 mètres de là, le mage qui balance tout et n’importe quoi sur les adversaires et le voleur qui, impassible, vous regarde prendre cher dans la tête, il y a de quoi péter un plomb. Fort heureusement, vous pouvez prendre le contrôle manuellement de n’importe quel héros.
Reprochons enfin aux combats d’être un peu mous, du moins au début lorsque les classes de corps à corps manquent de technique. Entre chaque tour, et chaque frappe, il pourra s’écouler de longues secondes sans qu’un personnage n’agisse.

Sile jeu colle bien aux règles de Donjons et Dragons, avec un contenu solide et attirant, sa réalisation manque un peu d’audace, de pêche. Voire d’un soupçon d’inventivité. Bien dans l’esprit de son prédécesseur, Neverwinter Nights 2 dépendra fortement de la communauté de joueurs et de leurs réalisations.

Test réalisé par Arnaud Papeguay 1.5.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 12 ans
- Aux fans de Donjons et Dragons
- Aux joueurs qui veulent créer leurs aventures et les partager
- A tous ceux qui aiment les jeux de rôle papier


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Neverwinter Nights
- Baldur’s Gate II
- The Elder Scrolls IV : Oblivion