Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

MySims SkyHeroes

MySims SkyHeroes

Longtemps exclusives à la Wii, la série MySims débarque sur Xbox 360 et PS3. Loin de la simulation de vie que l’on connaît, cette série dérivée explore divers horizons - aventure, course de voiture ou même combat aérien - avec une réussite… variable.
Une méchante organisation qui tente de dominer le ciel, un héros amnésique, une résistance embryonnaire à organiser, le tout sur fond de héros rondouillards et joyeux… MySims rappelle dès ses premières minutes qu’il s’adresse à un public relativement jeune. Cela légitime-t-il pour autant un travail bâclé ?

Avion en kit

Les choses ne commencent pourtant pas trop mal : on définit son Sim avant d’assembler son avion à partir d’une myriade de pièces dont la liste ne cesse de s’allonger en cours d’aventure. Vient ensuite le temps de s’initier au combat aérien.Comme pour beaucoup de titres importés de la Wii, Sky Heroes souscrit à la théorie du moindre effort. On écope donc d’un titre très pauvre sur le plan technique : modélisation cubique, textures simplistes, animations basiques. Heureusement que le design très cartoon et coloré fait passer la pilule. Chaque aire de combat bénéficie d’une architecture amusante, riche en raccourcis et passages secrets, d’autant plus agréable à parcourir que le pilotage simpliste se prend facilement en main. L’arsenal de base (tir et missiles guidés) peut être ponctuellement enrichi en collectant des bonus variés (tornade, super salve de missiles, éclairs, etc.). Le plaisir ne dure cependant que le temps du tutorial.

Pilotage en état d’ivresse

Une fois les véritables missions lancées, SkyHeroes dévoile un tout autre visage. L’action répétitive s’avère souvent confuse avec une surcharge d’icônes et d’effets parmi laquelle il n’est pas toujours aisé de repérer un ennemi ou d’évaluer sa distance. Il faut aussi dire que l’intelligence artificielle pilote vraiment n’importe comment, faisant souvent fi des lois de la physique ou simplement de la raison, avec des changements de directions erratiques, quitte à déraper dans les murs. Lors des courses, la triche devient encore plus flagrante avec des concurrents littéralement propulsés loin devant, sans autre raison que de fournir une tension artificielle. Bien sûr, il n’est pas nécessaire d’obtenir la médaille d’or dans les missions pour progresser mais d’une façon générale, le jeu propose un challenge assez relevé pour les plus jeunes, plus frustrant que plaisant. Seul le jeu en ligne, plus juste, sauve SkyHeroes du crash.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 3 ans d’après la boîte du jeu, au plus de 10 ans d’après nous.
- A ceux qui aiment jouer aux avions.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- MySims Racing pour l’ambiance.