Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Metropolis Crime

Metropolis Crime

Un Ace Attorney à la française ? L’accroche a de quoi effrayer mais lorsque l’on parle du studio Lexis, déjà responsable du mythique In Memoriam, tous les espoirs sont permis. Bienvenue donc à Metropolis, capitale du crime.
Metropolis, sa surpopulation, ses petites ruelles sordides, sa criminalité galopante, sa police incompétente… l’endroit où il fait mauvais vivre, mais où un détective ne manque jamais de boulot. Vous êtes Red Johnson et le crime est votre affaire.

A la croisée des mondes

MC se fend d’un univers original qui tente de fédérer des influences aussi diverses que Cowboy Bebop, Starsky & Hutch et de vieux films de détective. Les environnements consistent en un mélange contradictoire de technologies récentes et de design rétro. Un melting-pot risqué qui débouche pourtant sur un monde cohérent, immersif et attachant. Evidemment, les environnements fins et détaillés, ainsi que les personnages aussi caricaturaux que charismatiques, ne gâchent rien. Les musiques, relativement discrètes, achèvent de poser une atmosphère sombre et mélancolique.Lexis ne cherche pas seulement à distinguer son jeu par l’identité mais aussi par le gameplay. Les cycles d’enquêtes suivent au demeurant un schéma classique (à défaut d’un ordre figé) : accumulation d’indices avec l’inévitable chasse au pixel, analyse et comparaison, sans oublier l’interrogatoire des témoins.

‘Scusez-moi, une dernière question…

Mais durant chaque phase, MC fait preuve d’inventivité. La navigation ne se charge d’aucune interface : tracer un cercle permet d’activer la loupe, un point d’interrogation d’interroger un protagoniste, un rectangle d’ouvrir l’inventaire. L’obtention d’indices implique des manipulations extrêmement variées : tourner des vis pour démonter des objets, refermer la DS pour appliquer un coup de tampon, gratter un calepin pour obtenir une copie du dernier message écrit, souffler sur de la poudre pour relever des indices, ouvrir des poches, défroisser, dévisser, déboucher, claquer, gratter, jouer de la flûte, etc. Il faut vraiment faire preuve de logique et d’intuition. De même, les interrogatoires se montrent très interactif, avec des QCM, jeux des 5 erreurs, et autres tentatives d’intimidation, tantôt présentés simplement, tantôt sous la forme d’un véritable affrontement psychologique découpé en rounds.

Livré sans mode d’emploi

Excellente dans son principe, cette approche devient en certaines circonstances un défaut. L’incroyable diversité implique de souvent se retrouver dans une situation où l’on ignore ce que l’on doit faire, ce que l’on cherche ou quelle règle s’applique (agir avant la fin du compte à rebours ou après ?). Il faut expérimenter, supputer, et apprendre de ses erreurs, ce qui s’avère parfois problématique vu le manque de précision du jeu (18 tentatives pour tourner un robinet à gaz !). Du coup, on se demande régulièrement si un échec est imputable à une action impossible à réaliser ou une action que l’on n’a pas réussi à réaliser. Au moins, le système d’évaluation des performances ne mène pas au Game Over. Dernier bémol : des éléments parfois… déphasés. Plutôt bizarre d’impressionner un témoin en tapotant sur lui lorsqu’il détourne le regard (façon 1, 2, 3, soleil) ou d’initier une conversation en "aveugle", dont les réponses se choisissent uniquement au feeling. Cela étant dit, la qualité générale des intrigues et la richesse des enquêtes font de Metropolis Crimes une valeur sûre pour les enquêteurs en herbe, mais soyez averti que vous n’échapperez pas à quelques moments très frustrants.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 12 ans
- Aux détectives amateurs

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Criminology
- Phoenix Wright : Ace Attorney Trials and Tribulations