Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

MDK 2 Armageddon

MDK 2 Armageddon

Après le PC, puis la Dreamcast, les trois héros déjantés de MDK2 débarquent sur PlayStation 2, pour remettre ça ! En gros c'est pareil, avec quelques surprises.
Un savant fou barbichu, un aventurier poltron et maladroit en combinaison noire moule-burnes, un chien à six pattes qui fume le cigare... Pas de doute, voilà des personnages tout droits sortis de l'imagination fertile de David Perry, à qui on devait déjà les aventures de Earthworm Jim, l'asticot le plus délirant de la galaxie ! David Perry est un petit génie du jeu de plates-formes (l'excellent Aladdin sur Megadrive, c'était déjà lui !), qui sait parfaitement conjuguer humour et savoir-faire pour accoucher de petits chef-d'oeuvres tels que MDK 1 et 2 sur PC. Sur le fond, pas de grandes innovations pour ce jeu de plates-formes mâtiné de shoot'em up dont le titre ("Murder Death Kill !) semble manquer quelque peu de finesse), mais le jeu fourmille de petites idées brillantes qui le distinguent de la masse...

Kurt, anti-héros stagiaire

Pour commencer, ce n'est pas un personnage que vous allez incarner, mais trois, ayant chacun des capacités très différentes... Vous démarrez avec Kurt, un "super soldat" équipé d'une combinaison révolutionnaire façon X-men ou Matrix, mais qui lui donne l'air d'une tête d'enclume. Prêt à sauter en parachute depuis un vaisseau spatial pour aller sauver la terre (une fois de plus envahie par de vilains extra-terrestres) Kurt s'échauffe en effectuant des gestes de plongeur professionnel, avant de trébucher pour tomber comme une merde dans le vide... Dès le début, le ton est donné !
MDK2 démarre donc par un premier mini-jeu dans lequel vous tombez en chute libre en essayant d'éviter les missiles que des batteries de DCA tirent vers vous. D'autres mini-jeux viendront agrémenter l'aventure (on vous demandera par exemple de piloter une fusée à travers un champs de météorites), histoire de se détendre entre deux séances de flingage.
Apprendre en s'amusant

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, vous aurez droit pour chaque personnage à une petite séance d'entraînement sur le terrain... C'est drôle, plutôt bien fait, et franchement indispensable car les mouvements sont complexes, et les possibilités variées. Kurt par exemple peut se servir de son curieux parachute à lamelles pour planer sur de longues distances, utiliser une ridicule poupée gonflable pour leurrer ses ennemis, devenir invisible pendant quelques instants, se déplacer sur le côté tout en maintenant son regard dans une autre direction, et utiliser son bras avec flingue intégré pour tirer toutes sortes de projectiles, de la grenade au missile guidé en passant par le mortier lourd. Son casque avec caméra intégrée lui permet aussi de suivre la trajectoire de n'importe quel projectile jusqu'à ce qu'il touche sa cible, ou de zoomer au loin pour effectuer des tirs de sniper d'une précision redoutable.

Jouer sans se mélanger les paddles

Toutes ces options à gérer sur un clavier de PC étaient un véritable cauchemar, et l'ergonomie de la version Dreamcast laissait à désirer... Heureusement, pour cette version PlayStation 2, un gros effort a été fait sur l'ergonomie : les touches du dual shock, sont remarquablement bien utilisées
(et paramétrables différemment si ça vous arrange), ce qui permet de s'habituer très vite au maniement complexe du jeu. C'est d'ailleurs là la seule amélioration notable de cette version, avec la révision à la baisse du niveau de difficulté, ce qui en fait tout de même la version la plus agréable à jouer à ce jour.
La truffe à quatre flingues qui porte malheur

Pour Max le chien à six pattes, le maniement est plus simple puisqu'il suffit de choisir 4 armes à lui mettre entre les pattes (les 2 pattes restantes lui servent à courir !). On peut ainsi se trimbaler avec deux revolvers, un fusil à pompe et un Uzi et faire feu avec le tout en même temps... Inutile de dire que ça défoule ! Seule petite finesse, Max finira par mettre la main sur un jet pack rechargeable qui lui permettra de décoller pour flinguer en vol comme dans un bon vieux John Woo ! Avec le professeur par contre, on revient à un maniement plus complexe, puisqu'il vous faudra fabriquer des armes en combinant les différents éléments qui traînent dans le labo du scientifique (pain de mie, coca, bouts de tuyaux, etc.). Chaque personnage intervient successivement dans 3 niveaux, histoire de varier les plaisirs et d'éviter toute lassitude. Même si le jeu est loin d'exploiter toutes les capacités de la PlayStation 2 (le graphisme est à la peine plus beau que sur Dreamcast), la réalisation est spectaculaire... MDK2 c'est vraiment du grand spectacle, et en plus c'est rigolo ! Alors pourquoi s'en priver ?

Test réalisé par Michel, bipède seulement.

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Fans de David Perry,
- Amateurs de shoot'em up musclé et rigolo.



Vous aimerez si vous avez aimé:
- MDK
- Earthworm Jim 3D