Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Les Sims : Histoires de Naufragés

Les Sims : Histoires de Naufragés

La série des "Sims : Histoire de…" décide maintenant de nous faire découvrir les joies du naufrage et la vie en bon Robinson. Organiser sa survie, prospérer ou tenter de fuir votre paradis maudit : autant d’activités qui constitueront le cœur de votre quotidien. Du moins en théorie…
Electronic Arts nous avait prévenu : cet épisode d’"Histoire de…" n’a rien à voir avec Les Sims 2 Naufragés. Il faut d’ailleurs peu de temps pour bien se rendre compte qu’un monde sépare ces deux softs. Pour l’anecdote, et c’est assez rare pour être souligné, le titre sorti précédemment sur consoles se permet même d’être infiniment plus profond. Vous allez voir, on vous explique pourquoi.

Deux héros, une histoire

Rappelez-vous Les Sims : Histoires de vie. Le pluriel était mérité car les deux personnages étaient au cœur d’histoires différentes. Ici, nos deux naufragés n’ont que pour différence unique leurs sexes. On retrouve une narration qui se ressemble à quelques phrases près. Pas de quoi donner envie de rejouer l’aventure. Et que font-ils nos Robinson ? Vous vous échouez sur une île et commencez à vous organiser. Collecte de nourriture et de ressources, exploration : pour progresser d’un chapitre à l’autre, il faut satisfaire l’aspiration principale de votre Sim.
Première surprise : la gestion des ressources s’avère minimaliste. Quelles que soient celles que vous collectez, elles font grimper la jauge qui correspondait avant aux Simflouz. Ce qui permet d’acheter tout et n’importe quoi sans avoir à le fabriquer, même des objets les plus improbables qui n’ont pas leur place sur une île déserte…
Votre progression vous fera découvrir une petite maison (on aurait préféré devoir construire la sienne) puis d’autres survivants extrêmement lourds et aux personnalités bien plates comme il faut. Comptez aussi sur des singes à domestiquer pour vous aider à collecter des ressources.

Le bac à sable qui fait rire

Etant préférable de finir le mode histoire pour débloquer certains objets, nous passons ensuite au bac à sable. Ici, vous faites ce que vous voulez. Mais les développeurs ont gardé l’approche traditionnelle des Sims. C’est-à-dire que l’île déserte ne l’est pas. Divers quartiers, des habitants ayant des raisons plus ou moins bonnes d’être là et des indigènes s’y massent. A peine arrivé, on se fait envahir par ces gens venant saluer le voisin comme dans tout jeu Sims classique. Et attendez le meilleur : terrain de jeu, discothèque avec indigène au bar qui fait péter les cocktails et bien d’autres activités sorties de nulle part vous empêchent d’entrer dans le trip du naufragé. A la place, on gagne un Sims : Club de Vacances. Du coup, à moins d’accrocher au délire du parc de loisirs dans des ruines et autres terrasses de bar en bambou, le joueur décroche.

De l’avenir des "Histoires de…"

De toute évidence, le concept du naufrage n’a pas su être exploité pleinement. Et c’est d’autant plus évident quand on compare au travail réalisé par l’équipe de Les Sims 2 Naufragéssur consoles.
Simplifié, il propose une petite histoire certes pas inintéressante mais qui manque un poil de profondeur. Surtout, ses côtés sympathiques ne suffisent pas à eux seuls, face à un mode bac à sable peu intéressant qui réduit la durée de vie.
Bref, vous avez là une petite histoire à tester en connaissance de cause. Un titre sympathique à court terme pour se distraire sur son PC portable dans le train (vu que le jeu est optimisé pour les portables).

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 12 ans
- Aux naufragés débutants
- Aux cadres qui ont un PC portable et s’ennuient dans le train trois fois par semaine
- A ceux qui trouvaient Les Sims 2 Naufragés trop compliqué


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Les Sims : Histoires de vie
- Les Sims 2 Naufragés sur consoles