Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Le Testament de Sherlock Holmes

Le Testament de Sherlock Holmes

Peut-être ne le saviez-vous pas, mais le personnage de Sherlock Holmes est un héros torturé, un être capable du meilleur comme du pire. Ce testament est exactement à son image, navrant et enthousiasmant.
Après une cinématique d'introduction tout à fait terrifiante qui laisse penser que nous sommes repartis dix ans en arrière, les nouvelles aventures de Sherlock Holmes démarrent et accrochent par la qualité de son scénario et quelques bonnes idées de gameplay. Le récit se veut mature, avec de véritables bouts de doigts coupés dedans, des bustes lacérés et des chairs dévorés. Holmes est trouble, Watson témoigne, s'indigne, prend parti. Les retournements de situations, même un peu trop gros, font parfaitement le travail, et vous scotchent à la manette jusqu'à la fin de l'histoire. Et pourtant, le rythme est chaotique, parfois haletant, parfois édifiant, comme le passage désarmant durant lequel il faut incarner le chien Toby, ou durant certaines phases dans de larges espaces, la fête foraine pour ne pas la citer, où le script ne se déclenche pas car vous n'avez toujours pas cliqué sur un détail du fin fond d'une caravane. Ces sensations mêlées de bonheur, de suspense et d'énervements se retrouvent aussi dans la réalisation.C'est à n'y rien comprendre

Comme c'est déjà le cas pour l'histoire, la réalisation alterne entre le pire et le meilleur. Certaines cinématiques et décors posent une ambiance mystérieuse et étrange grâce, notamment, à de beaux effets de lumière, tandis que d'autres piquent les yeux. Malheureusement, en creusant un petit peu, le peu de vernis qui donne un peu de clinquant saute rapidement. Les personnages et les objets sont clonés à l'excès, les boucles musicales sont sympas, mais bien trop courtes. Heureusement, la localisation est globalement réussie, les voix sont bonnes, le vocabulaire est soutenu et les tournures de phrases sonnent juste.

A vos neurones

Le point fort du Testament de Sherlock Holmes est sans aucun doute sa mécanique de déduction. Les énigmes, autant que les outils mis à disposition pour les résoudre, sont efficaces. La recette n'est pas révolutionnaire, il s'agit toujours de collecter des informations dans le décor ou dans les documents que vous découvrez, et d'en extraire la substantifique moelle. Suites logiques, déductions, énigmes, puzzles, la palette est aussi large qu'éclectique. Le petit plus qui fait toute la différence concerne le tableau de déduction. Il s'agit d'un organigramme avec des cases qui proposent différentes propositions dont seule l'une d'elles est vraie. Par déduction vous devez trouver les bonnes réponses, pour arriver à une conclusion qui vous permet de poursuivre l'aventure. La multiplicité des éléments et des propositions rend la déduction intéressante et interdit les sélections au hasard, ce qui renforce bien sûr l'intérêt du jeu. Après, il faut aimer se tortiller un peu les neurones, c'est une question de goût.

Détectives matures

Pour apprécier ces nouvelles aventures de Sherlock Holmes, il faut aimer le détective, il faut aimer aussi se prendre la tête dans les casse-tête et les puzzles. En effet, sans cette passion, les lacunes techniques auront vite fait de décourager les joueurs qui trouveront ailleurs d'aussi belles histoires, et bien mieux orchestrées. Quoi qu'il en soit, il ne faut pas enterrer le détective avant l'heure, car malgré tous ses défauts, le jeu a quelque chose qui donne envie d'aller au bout, il a quelque chose qui fait qu'on lui pardonne Toby le chien, qu'on lui pardonne les trois seuls uniques mêmes bouts de papier qui traînent partout et les huit figurants qui incarnent les personnages annexes. Fans de tous poils foncez, les autres, prenez donc le risque de l'essayer, vous pourriez être tentés de l'adopter...

Test réalisé par Mathias Lavorel.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux adolescents de plus de 16 ans qui veulent faire bosser leurs neurones.
- Aux fans de Sherlock Holmes qui recherchent un peu la noirceur du personnage.
- A celles et ceux qui se demandent ce que cela fait d'incarner Toby le chien.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Sherlock Holmes dans sa version sombre et torturée.