Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

La mémoire dans la peau

La mémoire dans la peau

Sorti en 2002 dans tous les cinémas de France et de Navarre, La mémoire dans la peau avait agréablement surpris. Six ans plus tard, le premier opus des aventures de Jason Bourne sur console saura-t-il lui aussi échapper à la malédiction qui frappe les jeux tirés de licences de films ?
Les aficionados de la trilogie ne seront pas déçus d’apprendre que le jeu reprend en grande partie le scénario du premier volet et encore mieux, il nous propose d’incarner ce bon vieux Jason Bourne durant la mission qui va provoquer son amnésie, à savoir l’assassinat de Wombossi. Et si Matt Damon n’a pas daigné associer son apparence physique aux traits du héros, force est de constater que le punch qui se dégage des premières scènes de combat n’a pas grand-chose à envier à celui du film.

La mémoire dans les poings

Votre aventure commence donc à Marseille, à la recherche de votre cible. Cette mission vous sert avant tout à vous familiariser avec le système de combat à mains nues et les gunfights, nombreux tout au long de votre périple. Le punch des combats sur grand écran a fait la renommée des films, et le jeu retranscrit bien toute la tension et la nervosité de ces affrontements. Basé sur 3 boutons (attaque rapide, puissante et parade), à vous de trouver les combos les plus efficaces contre chaque adversaire.
Chaque coup réussi remplit votre jauge d’adrénaline qui vous permettra d’exécuter des mouvements d’élimination, qui sont des attaques mortelles pendant lesquelles Jason se sert du décor pour réaliser un "finish off" de grande classe.
Le premier mouvement réussi laisse sans voix : Matt Damon peut partir à la retraite, sa relève est assurée ! Autre élément important du gameplay : l’instinct de Bourne. En appuyant sur un bouton, Jason repère dans les environs les ennemis (alors mis en surbrillance), les armes ou autres objets intéressants présents dans le coin. On pourrait penser que cela rend le jeu trop facile mais il n’en est rien, et on enchaîne les scènes de combat avec grand plaisir.

Moins puissant au gun

On aurait souhaité être autant charmé par les phases de tir. Si elles ne manquent pas non plus de dynamisme, le titre manque de précision et enchaîner les "headshots" fait figure de véritable challenge. Du coup, même dans le mode de difficulté "Stagiaire", certains passages sont corsés. On passera rapidement sur le niveau en Mini dans les rues de Paris qui est lui complètement raté, arborant de faux airs de Braquage à l’Italienne sorti en 2003. Les dix autres missions retracent à merveille les scènes mythiques du film, de l’assaut de la planque parisienne de Treadstone à l’échappée de l’ambassade américaine à Zurich. Enfin, comment ne pas parler des Quick Time Event (QTE) qui rythment quasiment toutes les cinématiques du jeu, ne laissant jamais aucun répit au joueur sous peine d’être sanctionné d’un Game Over sanglant ?

Mission… plutôt accomplie

Au moment du bilan, il convient également de parler de l’excellente bande-son, des bruitages d’armes très réalistes et des combats dantesques contre les différents boss du jeu.
Les graphismes sont très réussis en ce qui concerne les personnages, mais les décors auraient mérité meilleur traitement. La durée de vie elle n’excède pas les 8-10 heures. Trop court pour justifier un investissement de presque 70 euros ?
Si vous avez aimé la saga au cinéma, non. Le titre retranscrit à merveille le dynamisme et la tension régnant dans les films. Au vu de cette réussite, on espère juste que High Moon Studios gommera les quelques défauts de gameplay s’ils se lancent dans l’adaptation des deux suites…

Test réalisé par Romain Mabil.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux Jason Bourne en herbe de 16 ans et plus
- A ceux qui ont adoré la trilogie des films sur grand écran


Vous aimerez ce jeu si vous avez aimé :
- Kane & Lynch : Dead Men