Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Kung Fu Rider

Kung Fu Rider

Dévaler les rues d’une ville asiatique juché sur un aspirateur, une chaise de bureau ou tout autre véhicule ridicule, et se prendre de magnifiques gamelles au ralenti, tel est le seul but de ce jeu… très court.
Le pitch est simplissime : Tobin, détective privé, et son assistante Karin sont poursuivis par la mafia et n’ont d’autre moyen de rejoindre leur van que de dévaler le plus vite possible les rues de Hong Kong juchés sur leur mobilier et accessoires de bureau : tabouret, chaise, aspirateur, diable, tam-tam à roulettes… Ils doivent au passage récupérer suffisamment d’argent pour accéder au niveau suivant et éviter ou assommer les membres de la mafia qui essayent de leur barrer la route.

Plus dures seront les chutes
Après avoir choisi d’incarner Tobin ou Karin, il s’agit d’apprendre les différents mouvements : déraper, se baisser, sauter, grinder, réaliser les prises de kung-fu qui vont démolir les mafieux. Ensuite, c’est parti pour les courses contre la montre. Le personnage choisi est seul à dévaler les rues. Dans l’option Deux joueurs, le coéquipier contrôle juste une petite main blanche qui peut récupérer les billets à distance ou attraper des objets et les lancer sur les ennemis. Les parcours ne sont heureusement pas linéaires : plus on avance dans le jeu, plus il y a de chemins possibles pour rejoindre l’arrivée, mais on n’est jamais complètement perdu grâce aux flèches de direction qui jalonnent les rues. On peut choisir de rester sur le bitume ou opter pour des voies plus aériennes, les personnages montant parfois très, très haut dans la ville sans toutefois risquer la mort à l’atterrissage. Par contre, les collisions avec les voitures, lampadaires ou autres poubelles, ainsi que les attaques des mafieux, provoquent la chute du personnage, un moment particulièrement jouissif puisqu’on assiste au ralenti à des gamelles vraiment mémorables, les héros désarticulés s’envolant dans des positions et avec des mimiques franchement comiques.

C’est sympa… mais c’est tout

Mais passé le plaisir purement sadique de se prendre des gamelles, que reste-t-il ? Certes, lorsqu’on a terminé les 3 déclinaisons d’un même parcours, on peut le refaire sans contrainte de temps pour y dénicher 20 médailles, et faire autant de chutes que l’on veut. Mais on se lasse vite de ne rencontrer dans la ville que deux types de mafieux : les chauves en costume noir et leurs copains en costume blanc. Et une fois qu’on a terminé quatre fois les 6 parcours différents, certes très beaux, certes remplis de raccourcis et de voies aériennes, on n’a plus trop envie d’y retourner. Et le jeu est terminé ! C’est bien dommage, car ce mélange improbable de jeu de skate urbain, de Mario Kart et de jeu de baston aurait probablement mérité mieux. Le nombre de parcours a-t-il été limité pour pouvoir sortir le titre à temps ? Y aura-t-il des niveaux supplémentaires accessibles en téléchargement sur le PlayStation Network ? On n’en sait rien pour l’instant, mais en l’état actuel des choses, le jeu est vraiment trop limité.

Test réalisé par Philippe Istria.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de 16 ans et plus
- A tous ceux qui aiment regarder les rois de la glisse se planter

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Pain