Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Kingdom Hearts Chain of Memories

Kingdom Hearts Chain of Memories

Entre deux épisodes sur PS2, Kingdom Heart nous embarque sur GBA dans une aventure onirique, magnifique techniquement et quasi existentielle : qui sommes nous, de quoi nos souvenirs sont-ils faits ?
Kingdom Hearts, en mélangeant les personnages de Disney et de Final Fantasy est au jeu vidéo ce que le sucré salé est à la cuisine. On s'en méfie, mais une fois que l'on y goutte, c'est la loi du tout ou rien. Après un premier épisode sur PS2, Chain of Memories sur GBA vient s'immiscer dans l'histoire, comme l'on ferait un rêve. Sora, accompagné de Donald et Dingo, est en quête de ses amis disparus. L'action se déroule dans les méandres de la mémoire du jeune adolescent, il croise donc des personnages et des lieux qu'il connaît déjà, ou plutôt qui se présentent à lui tels qu'il en conserve le souvenir. Mais ces images du passé, reflètent-elles vraiment la réalité ? C'est là toute la clé de cet épisode au scénario trouble obscur qui, pour une fois, ne se laisse pas apprivoiser en une demi seconde.

Un jeu de carte qui tient de la réussite

Très prisé dans les récents jeux de rôles, cet épisode repose complètement sur un système de cartes. Il faut reconnaître qu'elles offrent le gros avantage d'afficher clairement de nombreuses informations, en terme de puissance ou de magie par exemple, tout en permettant des combinaisons, qui rendent les combats dynamiques sans pour autant interrompre l'action. Le gameplay, de prime abord un peu indigeste, nous largue un peu durant la première heure, mais se révèle passionnant. On utilisera des cartes combats lors des affrontements, et des cartes lieux pour accéder aux différents mondes, et leurs ramifications. Reposant sur les souvenirs de Sora, rien n'est vraiment définitif et arrêté, si la structure du monde est en place, le contenu de chaque endroit est à déterminer. La progression s'avère complètement originale et déroutante.
L'ouverture d'une porte nécessitera l'utilisation d'une ou plusieurs cartes, parfois libres, parfois imposées,
dont les caractéristiques établiront le contenu de la pièce à venir : Pleine de monstres, déserte, avec la possibilité de sauvegarder, d'acheter de nouvelles cartes, selon votre main et les exigences.
Des cartes à jouer au bon endroit, et au bon moment

Durant les combats, les cartes ne servent qu'à l'attaque, et des deux adversaires, c'est celui qui lance la plus puissante qui prend le dessus. L'esquive est cependant possible par les déplacements et roulades que chacun peut réaliser sur les aires de combat. Une cible apparaît sur l'ennemi lorsque l'on est en mesure de le toucher. Tout se passe en temps réel, le nombre d'informations à prendre en compte est important, et il est absolument nécessaire de se familiariser avec l'interface avant de pouvoir être réellement efficace. En effet, si au début, on peut simplement bouger et appuyer frénétiquement sur le bouton d'attaque sans se préoccuper des cartes utilisées, il faudra rapidement se plonger dans une véritable stratégie pour faire face au nombre, et au niveau des combattants. Après avoir essuyé les plâtres des débuts, on refait son deck, et les Sans-cœur (monstres de la série) se négocient plus facilement. Heureusement la difficulté est suffisamment bien dosée pour que l'on dispose du temps nécessaire pour prendre ses marques.

Un jeu de rôle aux nombreuses qualités

La cinématique d'introduction est soufflante. Le ton est donné, et l'intégralité du jeu est de cette veine, quelque soit l'aspect technique sur lequel on s'attarde. Les environnements reposent sur les différents personnages que Sora a côtoyés, et qui reviennent à ses souvenirs.
C'est avec beaucoup de plaisir que l'on recroise entre autres, Jack, dont l'étrange noël est encore dans toutes les mémoires, Aladin, ou Hercules, chacun évoluant dans son univers, conférant au jeu une impression de renouvellement permanent, appuyé par la difficulté croissante des affrontements, qui impose de maîtriser le système de carte.
Ces qualités techniques et scénaristiques ont malheureusement un prix, et sa difficulté écartera Chain of des plus jeunes joueurs.

Test réalisé par Mathias Lavorel

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux fans de Kingdom Hearts qui découvriront un Sora plus profond
- A ceux qui rêvent d'un jeu de rôle aux combats sans temps morts
- A ceux qui attendent que la catalogue DS s'étoffe


Vous aimerez ce jeu si vous avez aimé :
- Sword of Mana
- Yu-Gi-Oh ! Reshef Le Destructeur