Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Kinectimals (Kinect)

Retour fiche produit

Kinectimals (Kinect)

Des Tamagotchis à Nintendogs en passant par le récent EyePet, le potentiel des animaux de compagnie virtuel n’est plus à démontrer. Kinect permet à la Xbox 360 d’entrer dans la danse avec un résultat étonnant.
Tigre, lionceau, panthère, jaguar… la découverte sur l’île paradisiaque de Lémuria débute par un choix difficile : celui du bébé félin qui vous servira de compagnon. Heureusement, il n’y a là rien de définitif et vous aurez l’occasion par la suite d’alterner entre les différentes boules de poils. C’est donc l’esprit tranquille que l’on part à l’aventure, guidé par le facétieux Bumble.

Un p’tit coin de paradis

A l’inverse d’un EyePet qui s’ancre dans le monde réel, Kinectimals profite de son monde virtuel pour nous faire découvrir un univers accueillant aux couleurs chatoyantes et aux environnements variés (clairière, plage, montagne).Reste que l’accessibilité de ces zones est directement liée à une jauge d’exploration. Pour la remplir, vous devez jouer avec votre nouvel ami et ce ne sont pas les activités qui manquent. Globalement, on trouve deux grandes familles d’occupations. D’un coté, les véritables jeux : pratiquer le volley-ball, tirer au ballon dans des bulles, faire une course avec une voiture radiocommandée, guider le fauve durant un parcourt d’obstacles, tirer sur des cibles avec un pistolet à eau. Ces épreuves, sur lesquelles 4 joueurs peuvent s’affronter à tour de rôle, sont soumises à un système de score avec des médailles et des récompenses à décrocher.

Ca, c’est du sport

Les autres activités se font plus librement. Vous piochez divers accessoires dans un inventaire qui ne cesse de s’enrichir et jouez avec le félin, en relevant éventuellement quelques défis. Câlins, soins, nourriture, séance de dressage, balle, frisbee en tout genre, pistolet à eau, canne à pêche, corde à sauter, loupe spéciale pour chercher des trésors, il y a vraiment une pléthore d’activités à réaliser et d’objets à collectionner ou acheter au magasin (certains permettant de décorer sa maison). Evidemment, on trouve un bon nombre de doublon et, pour un joueur "intensif", le filon s’épuise rapidement, mais le jeune joueur qui opte pour de petites sessions quotidiennes a de quoi s’amuser un bon moment. Kinectimals est une véritable réussite pour deux raisons. La première tient à son exploitation vraiment intelligente de Kinect. La navigation dans les menus du jeu est un modèle d’ergonomie et les différentes activités exploitent à fond l’accessoire. Donner des coups de pieds, de mains, courir, s’asseoir, sauter, tourner, conduire, les séances de dressage sont de grands moments et l’on se retrouve à se rouler sur le dos pour voir l’animal faire le mort dans une pause incroyablement comique.

Il est trop mignon

Et c’est là le second point fort du jeu. Au-delà des environnements agréables, les animaux attendrissants au possible peuvent faire fondre n’importe quel cœur de pierre. Ils possèdent des bouilles hyper expressives tout en conservant une animation parfaitement réaliste, et enchaînent les pitreries. Les programmeurs du studio Frontier jouent aussi beaucoup avec le quatrième mur, le fauve venant poser ses pattes sur l’écran de télé pour "lécher" le joueur, se frotter contre ses jambes, et lors des cinématiques, la caméra placée à hauteur d’enfant oscille comme si l’on était en vue subjective. L’expérience en devient immersive au possible.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 3 ans
- Aux jeunes amoureux des boules de poils

Vous aimerez si vous avez aimé :
- EyePet sur PS3.