Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Jet Set Radio Future

Jet Set Radio Future

Hey Yo ! Si t'en a marre de glander comme un bouffon, viens avec ouam grinder dans Jet Set Radio Future. Lis ce qui suit et allons tagguer sa race à la Xbox !
Tous ceux qui connaissaient Jet Set Radio sur Dreamcast le savent, il s'agit là d'un jeu à part, de ceux qu'on aime ou déteste. Finalité du jeu, ambiance résolument "djeunz" et surtout style graphique déconcertant sont autant de raison de le distinguer du tout venant de la production ludique. Et pour ceux qui aiment, autant de raisons de découvrir comment il a évolué avec son passage sur une console qui, ces temps-ci, nous épate tous les jours.

JMM m'a tuer

La réponse à cette angoissante question sur un plan scénaristique est : pas beaucoup. Il s'agit toujours de lutter contre une corporation semi-maffieuse corruptrice de forces de l'ordre. Et comment donc lutter contre une telle hydre quand on est une bande de djeunz qu'assurent ?
Ben, en arpentant ce néo-Tokyo à fond les ballons sur ses roller blades et en repeignant la ville de tags, évidemment ! Mouais. Si l'on ne peut pas dire que le concept révolutionne franchement notre univers, les aficionados seront heureux de retrouver certains personnages du premier JSR... et d'en gagner de nouveaux.
JSRF aussi, d'ailleurs

Techniquement en revanche, les différences entre l'aîné et le nouveau sont criantes. Je sais, ça commence à ressembler à une rengaine dans les tests Xbox, mais il faut bien le dire : Jet Set Radio Future est magnifique/ incroyable/ étourdissant/ soporifique (cherchez l'intrus). Graphiquement tout d'abord, on a chez Sega franchi un net pallier tout en conservant ce look techno-comics si caractéristique. L'animation a encore gagné en célérité et se maintient pourtant constamment dans les 60 images/seconde, une gageure lorsque l'on sait que les rues de Tokyo-to sont archifréquentées. Les badauds s'y pressent sur les marchés et les voitures encombrent la chaussée, sans parler des hordes de pigeons qui squattent les recoins un peu plus calmes ou des éléments de décors qui valsent à votre contact.

Plus accessible

En passant sur la Xbox, Jet Set Radio ne s'est pas contenté de s'améliorer mais a également évolué dans le sens du grand public. Les puristes regretteront ainsi sans doute le tag "à la main" où l'on traçait ses sigles en temps réels, tâche désormais automatisée. Dans un même souci de démocratisation, le chrono a disparu de la circulation, permettant d'explorer à loisir les recoins de la ville sans crainte d'être disqualifié.
Enfin, vos personnages ont acquis un nouveau pouvoir fort utile, le Boost Dash. Chargé par la collecte de dix bombes de peinture, il vous permet, en outre d'accroître votre vitesse, de percuter vos ennemis (flics, gangs rivaux...) pour les mettre hors d'état de nuire.
Le coin du râleur

S'il demeure un très bon jeu, JSRF n'est pour autant pas exempt de reproches. Au premier rang d'entre eux, une gestion des angles de vue pénible (héritée du premier épisode) contraignant le joueur à actionner un bouton pour recentrer la caméra derrière son personnage. Certains déplorent également le manque de profondeur de l'ensemble et une certaine répétitivité des actions qui se résument souvent à "je fonce/ je saute/ je fais des figures/ j'attrape des machins" , le tout n'étant il est vrai guère secouru par un scénario naïf et simpliste. Reste tout de même un jeu ultraspeedé et très spectaculaire doté d'une ambiance unique, ce qui suffira à beaucoup.

Test réalisé par Jérôme Bonnet

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A ceux qui aiment l'action
- Aux épris de la culture rap/djeunz
- Aux fans de sports extrêmes


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Jet Set Radio (DC)