Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Invizimals Shadow Zone

Invizimals Shadow Zone

Depuis l'année dernière, pour chercher la petite bête, autrement appelée Invizimal, rien ne vaut une PSP équipé de sa Go! Cam. Cette année, les petites bêtes reviennent, il faut donc ressortir le matériel !
L'année dernière nous avions été agréablement surpris par l'arrivée de la réalité augmentée sur PSP. Impressionnant, le système permet de faire apparaître des bestioles virtuelles et de jouer avec elles dans l'environnement réel où l'on se trouve. Le tout est filmé en temps réel par la caméra Go! Cam de la console, l'accessoire étant bien sûr indispensable pour jouer. Malheureusement, une fois l'effet de surprise dissipé, Invizimals premier du nom s'avérait un peu trop léger pour véritablement tenir la distance. En effet, le jeu consistait principalement à attraper des bêtes pour les utiliser ensuite dans des combats sans intérêts ni profondeur. Ces phases d'action étant rythmées par des séquences vidéo interprétées par de vrais acteurs, racontant une histoire difficile à digérer, même en réalité augmentée... Mais bon, une bonne idée, même mal exploitée, reste une bonne idée, et la suite d'Invizimals mérite largement d'y jeter un œil.Un soufflé reste un soufflé

Après un début poussif qui sert de rattrapage à celles et ceux qui n'auraient pas connu les joies du premier épisode, il ne faut pas longtemps pour réaliser que les qualités et les défauts d'avant sont aussi celles et ceux d'aujourd'hui ! La matérialisation des Invizimals dans le décor réel qui nous entoure fonctionne vraiment bien. Les bestioles en 3D s'y intègrent parfaitement, et il est possible de tourner autour, de s'en éloigner ou s'en approcher, comme si elles étaient vraies. Les phases de capture, sous forme de minijeux, sont agréables et variées. Il faut parfois siffler, parfois souffler, faire preuve d'adresse, de réflexe ou de précision, bref, il y a de quoi s'amuser. Les combats en temps réel, quant à eux, manquent encore d'intérêt. En effet, la stratégie, toujours aussi limitée, n'a pas évoluée. Les données à prendre en compte, autant que les coups disponibles sont ridiculement restreints. Surveiller sa jauge d'endurance est pratiquement sa seule occupation. L'histoire aurait peut-être pu renverser la tendance, mais il n'en est rien. Kitch à souhait, la narration est non seulement désespérément bavarde, mais elle repose toujours et encore sur des comédiens qui surjouent toutes leurs répliques. Comme ce fut le cas pour le premier épisode, cette suite d'Invizimals s'adresse plutôt à de jeunes joueurs débutants qui se satisferont de voir apparaître dans un environnement familier des petits monstres virtuels.

Test réalisé par Mathias Lavorel.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux chasseurs combattants de plus de 7 ans
- A celles et ceux qui adorent les longues cinématiques inutiles pour se reposer les mains et faire autre chose.
- A celles et ceux qui cherchent une version ultra allégée des Pokémon.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Invizimals