Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Injustice : les dieux sont parmi nous

Injustice : les dieux sont parmi nous

Parfaitement conscient de l’échec du mariage arrangé entre Mortal Kombat et l’Univers DC, NetherRealm n’abandonne pas pour autant les super-héros et leur offre même leur titre dédié.
Les mondes parallèles existent. Dans certains, les différences sont minimes, dans d’autres, les divergences sont majeures. Batman, Wonder Woman, Flash, Green Lantern et Aquaman vont en faire l’amère expérience, entrainés dans un monde où Superman a perdu la raison. Il domine la terre d’une poigne d’acier et supprime tous ceux qui contestent son autorité.

Passe ton bac Super-héros d’abord !

Comme dans sa dernière itération de Mortal Kombat, NetherRealm s’attache à offrir une campagne solo dotée d’un scénario solide. Rien de bien surprenant quand on connait l’Escadron Suprême ou Irrécupérable. Néanmoins, cela reste cohérent, bourré de petits clins d’œil qui sauront satisfaire les fans de l’univers DC.On trouve aussi quelques QTE distrayants qui ont le bon gout de ne pas trop s’éterniser. La campagne se révèle un peu courte comparée à celle de MK, mais les missions du STAR Lab viennent à la rescousse du joueur solitaire. 240 défis vous attendent, alternant des combats aux conditions variables et des minijeux inventifs. Chaque objectif réussit confère des points d’expérience donnant accès à une pléthore de bonus, allant des costumes alternatifs aux modes de jeu supplémentaires. Bref, question durée de vie, on ne se sent pas floué. C’est plutôt sur les autres points qu’Injustice trébuche.

L’arène est reine

Le gameplay s’avère évidemment très proche de celui de Mortal Kombat. On y retrouve la rigidité des déplacements, les enchainements abusifs et les problèmes d’équilibrages qui feront fuir les mordus de jeux de baston (à moins qu’ils ne restent pour humilier les novices). Les coups spéciaux nécessitent toujours des manipulations absurdes, avec par exemple des directions vers l’arrière pour des attaques vers l’avant. Cela étant dit, le jeu offre tout de même des personnages variés et surtout, s’avère plutôt fun grâce à plusieurs mécaniques. Les arènes disposent d’énormément d’éléments interactifs dont l’accès et l’utilisation varient selon les protagonistes. Un personnage "faible" s’accrochera à un lustre tandis qu’un autre plus fort l’arrachera pour le lancer. De plus, elles se divisent généralement en deux zones avec des transitions particulièrement musclées et délirantes. Les personnages déclenchent parfois des duels dévastateurs et disposent de super-attaques franchement spectaculaires qui peuvent atteindre une échelle planétaire. Il faut dire qu’au-delà d’une réalisation plutôt solide, on retient surtout la mise en scène extrêmement dynamique des combats.

DC pas assez

L’un dans l’autre, Injustice est, comme Mortal Kombat, le jeu de combat défoulant que l’on sort lors d’une soirée entre amis. Sauf qu’il souffre d’un dernier problème d’ordre… génétique. L’appréciation est certes subjective et fera hurler les fans mais l’univers DC – déjà méconnu en France - manque de poids lourds. Hormis le 5 majeur (Batman, Superman, Wonder Woman, Flash, Green Lantern) et quelques grands méchants (le Joker, Lex Luthor), on tombe rapidement dans les faire-valoir, les héros abonnés au reboot ou les ennemis de secondes zones. Le studio NetherRealm peine à offrir 24 personnages charismatiques alors qu’il lui suffisait de piocher dans d’autres collections de DC (Wildstorm, ABC, Vertigo) pour trouver du bon, de l’original. Heureusement, tous s’avèrent intéressants à jouer. A défaut d’être super, Injustice rend justice à ses héros.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 16 ans.
- Aux amateurs des DC Comics.
- A ceux qui approchent le jeu de baston en dilettante.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Mortal Kombat
- Mortal Kombat vs DC Universe
- Ultimate Marvel vs Capcom 3