Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Heroes of the Pacific

Heroes of the Pacific

Offre d’emploi : recherche pilote expérimenté sur avion de chasse des années 40, profil déjanté de préférence pour affronter seul une centaine de kamikazes japonais. Si vous pensez répondre au profil, ne ratez pas ces lignes.
Au programme de Heroes of the Pacific ni F-16 ni F-15. Aucun F-18 et encore moins de Mig-29 ou de Su-27 Flanker. Parmi les quelques coucous disponibles le Corsair, une espèce de patriarche de l’US Navy. Mais un avion légendaire, héros des grandes batailles du Pacifique livrées par les pilotes américains contre la puissante armée japonaise. Alors préparez-vous à un tassage de vertèbres en règle. A vos manches… décollage immédiat !

Un contexte historique

Décembre 1941. 7h00. Une nuée d’avions de chasse et de bombardiers décolle de six porte-avions de la flotte japonaise. Une heure plus tard, l’attaque de la base aéronavale de Pearl Harbor débute et provoque la destruction de la quasi-totalité des navires américains. C’est à ce moment précis que vous entrez dans la peau de William Crowe, jeune pilote, contraint à décoller en urgence avec pour objectif d’aller au charbon.
En d’autres termes, sauver sa peau tout en essayant d’abattre un maximum de zincs ennemis. En guise de récompense pour chaque zéro démoli, un petit drapeau japonais matérialisé à la droite de l’écran, un peu à l’image d’un tableau de chasse que les aviateurs dessinaient sur leur propre avion.
Une orientation arcade

Pour jouer la carte de la réalité historique, Heroes of the Pacific propose en guise de présentation des intermèdes composés d’images d’archives. Des visuels symptomatiques de la violence des combats qui se déroulaient au-dessus de cet océan peuplé de requins friands en chaire humaine. Mais l’heure est au pilotage et IR Gurus Interactive a eu la très bonne idée de permettre au joueur de choisir entre un gameplay arcade et un pilotage plus proche d’une réelle simulation. Une alternative salvatrice qui ouvre la voie à un large public. Du coup, nul besoin de se taper un manuel aussi épais que la Bible. Entendrais-je un "ouf" de soulagement dans l’assistance ?

Un gameplay de haut vol

Histoire de prendre ses aises, des tutorials abordent les points essentiels du pilotage. Un passage obligé pour appréhender, avec plus de facilité, les différents types de missions auxquels le joueur sera confronté, dont les périlleuses attaques en piqués sur un objectif en mouvement. Don’t panic ! Si cela semble extrêmement compliqué sur le papier, une fois dans le cockpit c’est beaucoup plus simple, à condition de respecter quelques règles de base : savoir filer à l’anglaise lorsqu’on est pourchassé par une bande de kamikazes ! D’ailleurs, dès les premières missions, les sensations se révèlent excellentes. L’orientation arcade du titre supprime les inconvénients d’un pilotage réel en rajoutant une pincée d’inhabituel.
Bilan : on ressent un réel plaisir à virevolter de nuage en nuage, d’île en île, avec pour booster l’ensemble, un méchant turbo. De quoi scotcher à son siège notre ennemi, du moins jusqu’à ce que la jauge s’épuise ! Autant dire que ça file à une vitesse incroyable et que l’évitement de mouettes devient périlleux.
Devenez une Tête Brûlée !

Wildcat, Corsair, bombardiers, torpilleurs, le gameplay s’enrichit d’avions aux caractéristiques uniques au fur et à mesure des missions. A chaque fin de mission, des points sont attribués. De quoi customiser votre engin ou d’acquérir suffisamment d’expérience pour commander des ailiers. Du coup, Heroes of the Pacific ne s’avère pas si répétitif que ça et promet des combats endiablés. En effet, tablez sur peu de moments de répits. Dès la première mission, les zéros pleuvent de partout ! Une réelle difficulté qui se rajoute à la déficience intellectuelle de marins américains qui vident leur chargeur sur tout ce qui a une hélice ! Quant aux décors, c’est un véritable périple touristique qui vous attend : Pearl Harbor, Midway, Guadalcanal, les Iles Marianes… Au final, malgré quelques imperfections graphiques, le bilan est globalement positif et devrait exalter une population de joueur qui exècre par dessus tout se prendre la tête avec un gros manuel de pilotage !

Test réalisé par Richard Roger

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux amateurs de combat aérien sans chi chi
- Aux anti-simulation au manuel pléthorique
- Aux pros et aux débutants du pilotage

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Crimson Skies : High Road To Revenge
- Savage Skies