Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Headhunter

Headhunter

Ca vous dirait de devenir chasseur de prime ? Ca tombe bien, Headhunter vous plonge au cœur de la "côte ouest" du 21e siècle. C'est fou ce que les moeurs ont changé en quelques années !
Vous êtes Jack Wade, un barbu assez belle gueule au passé obscur. Affaires sordides, amnésie bizarre, bref, vous êtes... bizarre. Et puis, c'est comme si quelqu'un ne tenait pas à ce que vous recouvriez la mémoire.

Profession : chasseur de têtes

Headhunter entre dans la classe des jeux d'infiltration à la Metal Gear Solid, avec un poil d'investigation qui marque également son appartenance aux jeux d'aventure classiques. Dans un futur proche, les normes qui régissent la société moderne ont quelque peu évolué. Les criminels sont devenus une véritable source de revenus pour l'état, et le marché des implants, qu'ils soient organiques ou cybernétiques, est florissant. L'ACN, comprenez l'Anti-Crime Network, emploie des chasseurs de primes (les fameux Headhunters) chargés de réduire considérablement le taux de criminalité des mégapoles nord-américaines. Et c'est là que vous intervenez. Wade est un ancien chasseur de prime, poussé à une retraite forcée. Au fur et à mesure du déroulement de l'histoire, vous allez devoir découvrir ce qui se trame dans le milieu de la pègre locale.
Permis de tuer

Le jeu se présente sous une vue en 3D à la troisième personne. Votre personnage possède un large panel d'actions : il peut raser les murs, se mettre à couvert, lancer une grenade, faire une roulade... bref, tout ce que demande le dur métier de chasseur de prime. Plus vous progressez, plus vous collectez des points d'expérience, que ce soit en menant à bien une mission, en roulant à train d'enfer avec votre moto ou en passant des tests virtuels. D'ailleurs, la difficulté des missions qui vous seront confiées iront de paire avec votre niveau d'accréditation LEILA (Law Enforcement Intelligence and Licence Approval).
Ces "permis de tuer" donnent accès à un équipement de plus en plus sophistiqué, mais qui ne sera pas de trop pour venir à bout des ennemis qui croiseront votre chemin. Les bandits que vous devez "pacifier" possèdent une I.A. relativement développée qui donnera un peu de fil à retordre aux plus tendres d'entre vous.
Une réalisation bancale

Mais à côté de cela, Headhunter affiche un scénario beaucoup trop linéaire qui limite fortement l'esprit d'initiative et d'improvisation du joueur. L'intrigue est prenante, mais le jeu est trop "scripté", c'est dommage. Si le graphisme de Headhunter démontre encore une fois les qualités d'affichage de la console, on note, de temps en temps, de forts ralentissements de l'animation. Par ailleurs, les plans de caméra "pseudo-dynamiques" ne collent pas vraiment à l'action, et on se tape fréquemment un mur sur la figure (non, non, je ne suis pas myopathe !)... à coup sûr, le plus gros raté du jeu. Vous l'aurez compris, la jouabilité reste délicate. Sorti de ces problèmes, Headhunter séduit, sans plus.

Test réalisé par Frédéric Pam.

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux chasseurs de prime
- Aux amnésiques en quête de leur passé
- A ceux qui recherchent un soupçon de Metal Gear Solid sur Dreamcast


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Resident Evil Code Veronica